×
5 834
Fashion Jobs
BACCARAT
Chef de Projet - Développement Nouveaux Produits H/F
CDI · BACCARAT
MAJE
Responsable Production Accessoires - CDD H/F
CDI · PARIS
SINTEL RECRUTEMENT
Chef de Produit - PAP Homme Premium (H/F)
CDI · PARIS
SINTEL RECRUTEMENT
Chargé de Planification - PAP Femme Maison Française de Luxe (F/H) CDI
CDI · PARIS
SINTEL RECRUTEMENT
Acheteur Tissus Collection Créateur - PAP Luxe (H/F)
CDI · PARIS
EKYOG
Directeur Generale
CDI · PARIS
CLAUDIE PIERLOT
Gestionnaire de Stocks H/F
CDI · PARIS
BONPOINT
Gestionnaire de Stock / Conseiller de Vente - Flagship F/H
CDI · PARIS
SINTEL RECRUTEMENT
Chargé de Cotation (H/F)
CDI · SAINT-OUEN-SUR-SEINE
CONFIDENTIEL
Directeur Des Ressources Humaines H/F
CDI · PARIS
SINTEL RECRUTEMENT
Gestionnaire Commercial & Logistique (H/F)
CDI · SAINT-OUEN-SUR-SEINE
BALMAIN
Coordinateur.Rice Transport Amont ou Aval H/F
CDI · PARIS
MAISON CLOSE LINGERIE
Responsable Des Ventes Wholesale International
CDI · MARSEILLE
PACO RABANNE MODE
Chef de Produit Accessoires Cuirs H/F
CDI · PARIS
THE FRANKIE SHOP
Chef de Produit
CDI · PARIS
CCLD RECRUTEMENT
Directeur Des Ventes H/F
CDI · AMIENS
CCLD RECRUTEMENT
Directeur Des Ventes H/F
CDI · LILLE
LACOSTE
CDI - Senior Demand Planner Emea jv &Amp; Partners F/H
CDI · PARIS
TAPE À L'OEIL
Chargé de CRM H/F
CDI · WASQUEHAL
GROUPE IKKS
Chargé(e) de Paramétrage (H/F) - CDI
CDI · SÈVREMOINE
BLUE BOX
Responsable de l’Identité Visuelle et Merchandising France H/F
CDI · L'UNION
BLUE BOX
Directeur Retail France H/F
CDI · L'UNION
Publicités
Par
AFP
Publié le
3 juil. 2008
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Défilés de haute couture : moins d'extravagance, plus d'élégance

Par
AFP
Publié le
3 juil. 2008

PARIS, 3 juil 2008 (AFP) - Les défilés de haute couture pour l'automne-hiver prochain, qui devaient s'achever jeudi 3 juillet en fin d'après-midi, ont proposé des vestiaires assagis destinés à séduire la clientèle fortunée dans un contexte mondial morose.


Christian Dior collection automne-hiver 2008/2009 - Photo : AFP

C'était "moins exubérant que d'habitude, cette saison est un peu calme", constate Donald Potard, agent artistique pour créateurs de mode, à propos des quatre jours de défilés parisiens. "Il y a une orientation générale qui va vers un certain apaisement", estime également Florence Müller, professeur à l'Institut Français de la Mode.

Cet assagissement a été particulièrement perceptible dans la collection de John Galliano pour Christian Dior. Le créateur britannique a dessiné une garde-robe d'une élégance époustouflante mais beaucoup moins extravagante que d'habitude. Il a multiplié les références au fondateur de la maison de couture et renoncé aux coiffures hors normes et maquillages outranciers qui étaient sa marque de fabrique.

Dior, "c'est quand même un baromètre", estime Mme Müller. Selon elle, l'assagissement observé dans de nombreuses collections cette saison, déjà visible dans les collections de prêt-à-porter présentées au printemps, conduit à "une sorte de nouveau classicisme".

"Mais il n'y a pas de nostalgie, de passéisme", ajoute-t-elle. Les couturiers ont simplement "pris la mesure de l'air du temps, d'une certaine attente des femmes d'un vêtement qui les rend belles. On est loin d'une recherche forcenée de concepts".

Pour Donald Potard, les créateurs de mode "sont le parfait reflet de l'époque. Ils traduisent par leur mode des comportements sociaux, un état de la société". Or "on est dans une période de morosité totale", estime-t-il.

"Il y a aussi quelque part un rejet du bling-bling", ajoute-t-il. Peu de pierreries ont en effet brillé sur les podiums. Même Christian Lacroix a surtout brodé ses dentelles noires de jais, dans une collection plutôt sombre, avec cependant des éclats de couleurs vives.

L'assagissement observé "n'est pas un renoncement. Au contraire, c'est pour aller aux sources d'un raffinement, d'une élégance", estime Mme Müller. "Ce qu'on a perdu en extravagance, on l'a gagné en élégance", résume M. Potard.

Pour Béatrice Ferrant, de la jeune griffe Lefranc.Ferrant, si la haute couture et le prêt-à-porter de luxe s'assagissent, c'est parce qu'"il faut lisser, plaire au plus grand nombre. (...) ça fait partie des contraintes économiques". "Il y a une sorte de réalisme qui prévaut", renchérit l'historienne de la mode Lydia Kamitsis.

Les défilés ont aussi montré "une quête de virtuosité", pas gratuite "mais pour montrer ce qu'on peut faire vraiment en haute couture", souligne Mme Müller.


Jean Paul Gaultier collection automne-hiver 2008/2009 - Photo : AFP

C'était le cas en particulier chez Dior, Chanel, Gaultier avec son travail sur les structures de robes à crinoline, ou encore Givenchy pour qui le styliste Riccardo Tisci a poursuivi son travail sur les volumes dans une collection évoquant un Pérou imaginaire.

Beaucoup de créateurs ont mis l'accent sur la taille, soulignée par des tubulures inspirées d'un orgue chez Chanel, prise dans une ceinture-corset chez Dior. Les manches, souvent gonflées, et les cols ont également été très travaillés.

La semaine a aussi montré la fragilité de certaines maisons de couture. Pour la première fois depuis 1999, la petite maison Franck Sorbier n'a pu présenter que deux modèles de la collection prévue en raison de difficultés financières de dernière minute.

L'Italien Maurizio Galante a proposé un manteau et quatre robes, la plupart en organza, des sacs et quelques petits meubles.

La semaine s'est terminée sur un pied-de-nez. La créatrice Ma Ke, première Chinoise invitée dans le calendrier avec sa marque Wuyong, a proposé des vêtements de paysans réalisés dans des toiles de coton tissées, teintes et cousues à la main.

Elle affirme rechercher des "qualités spirituelles" en "opposition complète avec les tendances de la mode moderne" et veut que "les vêtements retournent à leur simplicité originelle".

Par Dominique SCHROEDER

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.