×
Publié le
26 févr. 2014
Temps de lecture
5 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Défilés femme à Milan: les tendances de l’automne-hiver 2014/2015

Publié le
26 févr. 2014

Les collections de prêt-à-porter féminin pour l’automne-hiver 2014/2015, qui viennent d’être présentées à Milan, ont mis en avant notamment dix grandes tendances.

1) La veste Shearling
La veste en peau de mouton retournée à poils doux et bouclés longs ou courts opère son grand retour dans le vestiaire féminin suivant une veine très seventies. Pas un styliste qui ne revisite à sa manière la veste Shearling, déclinée en blouson, gilet et autre manteau, selon ses propres codes, dimensions, modèles et couleurs. Prada la propose, par exemple, en plusieurs couleurs: doré, violet, jaune ou noir pour la peau, jaune ou rouge pour le col, la doublure en fourrure étant teinte dans un autre coloris encore (rouge, blanc, jaune), tandis qu’Etro ressort la version berger-ethnique avec broderies, pour ne citer que quelques-unes parmi les réinterprétations les plus intéressantes.

Prada, la veste Shearling, les grandes poches, la cravate-foulard. Photo Pixelformula


2) Le gilet
Petit et passe-partout ou carrément long, le gilet devient la pièce incontournable pour une garde-robe de plus en plus composable. C’est la pièce maitresse de la collection Max Mara, qui le propose en tweed molletonné ou dans des tissus masculins dans la version gilet-manteau privé de manches. Cette version longue a inspiré d’autres stylistes, tel MSGM, y compris dans des modèles fourrés, comme Salvatore Ferragamo, Missoni et Antonio Marras. Classique en vert lime chez Giorgio Armani, le gilet est proposé en style boléro ethnique chez Etro.

Giorgio Armani, le gilet vert lime. Photo Pixelformula


3) Le chandail
Le pullover, de préférence oversize, est absolument partout, prenant la place de la chemise et parfois même de la robe comme chez Prada, qui le propose dans un style masculin à col en V à porter tel quel descendant au ras des fesses. Il a des manches démesurées chez Iceberg. Antonio Marras propose de magnifiques pulls jacquards tricotés à la main reproduisant de grands méchants loups. Toujours en format géant, on le retrouve en mohair à grands losanges roses ou verts chez Ermanno Scervino, extra large chez Alberta Ferretti.

Antonio Marras, le maxi chandail et les animaux. Photo Pixelformula


4) L’accessoire fourré
La fourrure sort des sentiers battus et est de plus en plus utilisée dans les accessoires. A commencer par les gros capuchons façon petit chaperon rouge en fourrure colorée vus ici et là (Marni, Kristina Ti, Fendi, Dolce&Gabbana) ou encore les écharpes et étoles fourrées de renards et autres lapins posées sur les épaules ou autour du cou (Roberto Cavalli). La fourrure va jusqu’à décorer les chapeaux, par exemple dans les feutres revisités de Simona Ravizza, et les chaussures, comme les mules-pantoufles de MSGM, qui propose aussi des moufles géantes en vison coloré. Enfin, ajoutée au col des manteaux ou vestes, la fourrure met en valeur le cou et devient le petit détail chic, qui valorise le vêtement.

Etro, le sac en poils de mouton. Photo Pixelformula


5) La jupe plissée bicolore
Finement plissée ou à plis larges genre jupette de gladiateur, cette pièce sera le must l’hiver prochain. Proposée notamment en version bicolore, elle joue sur un effet de contraste surprise grâce à une couleur différente se cachant dans les plis. Elle est noire et rose chez Frankie Morello et chez Andrea Incontri, elle s’éclaire de reflets dorés ou de bronze chez Salvatore Ferragamo, prend du relief avec effet cinétique chez Marco De Vincenzo. Les plis gris se dégradent comme s’ils s’effaçaient chez Bottega Veneta.

Marco De Vincenzo, la jupe plissée cinétique. Photo Pixelformula


6) La grande poche carrée
Partout, elle est mise en évidence. Avec ou sans bouton, la poche grande et carrée est le nouveau détail vedette du vêtement de l’hiver 2014/2015. Elle est entre autres bordée de fourrure colorée chez Prada, en mesh chez Fendi, ton sur ton sur les pantalons cargo de Missoni, ou au contraire se distinguant nettement dans une couleur foncée sur une fourrure claire chez N°21, Dolce&Gabbana ou Massimo Rebecchi, dans une autre matière (satin noir) sur un manteau en laine grise chez Aquilano.Rimondi. Elle se démultiplie sur les manteaux et tailleurs d’Andrea Incontri.

Andrea Incontri, le manteau à grandes poches. Photo Pixelformula


7) Le retour à la nature
A travers les coloris (vert mousse, vert sapin, loden, bruns) et l’usage pléthorique de plumes ou de motifs animaliers, la nature a inspiré de nombreux stylistes milanais. La tendance est au sous-bois feuillu et fleuri chez Alberta Ferretti avec des textures en relief façon écorce. Dolce&Gabbana s’attendrit pour les animaux d’une forêt enchantée (lièvres, hiboux, écureuils, etc.). Au Jour Le Jour aussi, mais dans un esprit pop. Marni propose des franges en raphia. Dans le même style, N°21 s’en donne à cœur joie avec des plumes et des matières feutrées dans des verts sombres.

Dolce&Gabbana, le capuchon en fourrure et les renards. Photo Pixelformula


8) La cravate détournée
Les femmes continuent à piocher allègrement dans le vestiaire de monsieur sur le filon masculin/féminin émergé il y a quelques saisons, que ce soit dans l’utilisation des tissus typiques de l’univers masculin (tweed, carreaux, etc.) ou dans les formes un peu larges (la veste d’homme, le manteau oversize). Pour l’hiver prochain, la femme optera, en particulier, pour un accessoire distinctif du menswear: la cravate, qu’elle s’amusera à détourner de toutes les manières. La cravate est enroulée autour du cou comme une écharpe chez Prada, nouée de manière lâche chez Kristina Ti, nouée à la taille d’un trench en guise de ceinture chez Max Mara, bordée de perles et utilisée avec un col postiche chez Emporio Armani.

Max Mara, la cravate-ceinture. Photo Pixelformula


9) Les bottes
On croyait s’en être débarrassées. Elles sont en fait plus que jamais indémodables. Bottes, bottines, cuissardes sont partout. Elles sont recouvertes de pierreries chez Dolce&Gabbana, en python coloré à bout Richelieu chez Gucci, bottes de cavalier chez Salvatore Ferragamo, colorées et en cuir effet plastic avec talon compensé chez Prada, bicolores noir et blanc chez Gabriele Colangelo. Les bottines sont argentées chez Iceberg ou style "saloon" à lacets chez Versace. Les cuissardes sont en cuir blanc chez Fendi, en cuir noir chez John Richmond, en daim coloré à longues franges chez Just Cavalli ou perforé chez Versace, elles sont moulantes et remontent jusqu’aux fesses chez Blumarine.

Gucci, les bottes pastel à bout richelieu. Photo Pixelformula


10) La chaussure plateforme
Out les talons aiguilles ! Et vive le retour aux chaussures plates, de préférence dotées d’une épaisse semelle masculine. La chaussure plateforme a été adoptée notamment par Jil Sander, Antonio Marras, Costume National.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com