×
7 078
Fashion Jobs

Défilés Femme : Milan cherche à se renouveler

Publié le
today 19 sept. 2016
Temps de lecture
access_time 4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Après Londres, c’est au tour de Milan de prendre le relais ce mercredi 21 septembre jusqu’au 26 septembre. La Semaine de la Mode dédiée aux collections féminines pour le printemps-été 2017, qui s’apprête à envahir la capitale lombarde, affiche un programme renouvelé entre nouveaux noms et grands retours, qui compensent défections et disparitions notoires.

Au total, Milan annonce 176 collections, contre le chiffre record de 182 lors de la saison passée, avec 71 défilés officiels (auxquels s’ajoutent plusieurs shows hors calendrier, dont Dolce & Gabbana le dimanche 25 septembre, Mario Dice ou encore Roccobarocco), ainsi que 90 présentations, contre 70 défilés officiels et 99 présentations en février dernier.

La mode femme à Milan dans les starting blocks - cameramoda.it


Milan accuse notamment la disparition de Costume National, passée aux mains du groupe japonais Sequedge, et d'Iceberg. La marque, qui vient de confier la direction artistique de la Femme à James Long, déjà en charge de l’Homme, a décidé de changer de stratégie en renonçant aux podiums.

Manquent à l’appel aussi I’m Isola Marras, Damir Doma qui a choisi de changer de formule, Angelo Marani, qui défile en "off" et Ujoh, qui avait fait ses débuts à Milan la saison dernière.

Pour égayer sa semaine, la place milanaise mise en particulier sur d’innombrables initiatives entre fêtes, inaugurations de boutiques et autres expositions. « Nous avons plus de 30 événements, sans compter ceux hors calendrier, qui vont créer de grands moments d’agrégation en ville. Ce sont ces événements qui seront la clé de cette semaine », note le président de la Chambre de la Mode italienne, Carlo Capasa.

L’un des plus attendus est sans conteste le défilé mixte de Bottega Veneta au sein de la prestigieuse Académie des Beaux-Arts de Brera à l’occasion de son 50ème anniversaire et des 15 ans de Tomas Maier à la direction artistique. 

Bottega Veneta marquera l'un des temps forts de la Fashion Week de Milan - © PixelFormula


Côté mondanités, la Fashion Week milanaise pourra compter cette saison encore sur la présence du chef du gouvernement, Matteo Renzi, qui recevra le gotha de la mode italienne lors de la journée d’ouverture.

Parmi les autres temps forts à signaler : le retour dans le calendrier de Krizia, vendredi 23 septembre. L’historique marque de prêt-à-porter féminin fondée par Mariuccia Mandelli n’était plus remontée sur les podiums depuis son rachat par le groupe de mode chinois Shenzhen Marisfrolg Fashion en février 2014.

Autre retour le même jour, celui de la marque Lucio Costa avec la présentation du livre So Lucio ! dédié à la figure du talentueux styliste disparu en 2012. Le label reprend vie sous l’égide de son associé et compagnon Roberto Pelizzoni, aujourd’hui directeur créatif de la Maison, qui a signé récemment un accord de licence triennal avec le fabricant italien Bond Factory et présentera à cette occasion une première collection capsule.

Enfin, sera dévoilée, le lendemain 24, la toute première ligne de prêt-à-porter de la maison de couture italienne Capucci pilotée par Mario Dice. Reviennent par ailleurs dans la Semaine de la mode milanaise Daizy Shely et Maurizio Pecoraro.

Trois nouveaux noms intègrent également le programme. Tout d’abord, Wunderkind, qui ouvre le bal ce mercredi 21. La marque allemande, fondée par le designer artiste éclectique Wolfgang Joop en 2003, abandonne Paris pour Milan, où elle a organisé avec succès un événement spécial en février dernier.

La marque créateur Lucio Costa se relance cette semaine à Milan


Giamba, la deuxième ligne de Giambattista Valli lancée en septembre 2014, qui défilait jusqu’ici hors calendrier, fera ses premiers pas dans le programme officiel le vendredi 23. Au dernier jour, le lundi 26, débutera Ricostru, la jeune marque de la styliste chinoise Rico Manchit Au, invitée par Giorgio Armani à défiler dans son théâtre.

Le célèbre couturier, qui fait défiler exceptionnellement cette saison sa marque jeune Emporio Armani à Paris, s’est repositionné dans la journée plus centrale du vendredi 23 (jour où défile habituellement sa deuxième ligne), abandonnant ainsi la dernière journée.

Le lundi 26 septembre, qui clôt la semaine, se trouve privé aussi de Dsquared2, qui défile la veille au soir. Du coup, l’absence de ces deux grands noms risque de faire fuir la presse en ce dernier jour, passé de neuf défilés en février dernier à cinq cette saison, qui plus est de marques émergentes ou moins connues.

« Mon ambition est de faire devenir la dernière journée le moment le plus important de la Fashion Week. Ce sont des marques qui ont un potentiel et doivent montrer qu’elles ont quelque chose à dire sans être parasitées par un grand nom », argumente Carlo Capasa.

On retrouvera notamment en ce dernier jour, aux côtés du label chinois Ricostru, les marques émergentes Lucio Vanotti, Piccione.Piccione et San Andres Milano.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com