×
3 574
Fashion Jobs
Publié le
20 juin 2016
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Défilés masculins : Paris résiste face à un contexte incertain

Publié le
20 juin 2016

Après Londres et Milan, le témoin va passer à la capitale française. Paris dévoile à partir de ce mercredi 22 juin et jusqu’au dimanche 26 ses collections masculines pour le printemps-été 2017.

Givenchy Homme, l'hiver 2016-17 - © PixelFormula


En dépit de l’instabilité des marchés et de l’agitation qui traverse actuellement les Fashion Weeks avec de nouvelles expérimentations et de nombreux forfaits de part et d’autre, la place parisienne maintient un riche calendrier avec 49 shows contre 48 en janvier dernier, ainsi qu’une quinzaine de présentations sur rendez-vous.

Valentino, Rick Owens, Louis Vuitton, Yohji Yamamoto, Givenchy, Kenzo, Dior Homme, Hermès et Lanvin seront notamment de la partie, partageant l’affiche avec des talents émergents et autres stars montantes de la mode.

Néanmoins, quelques stylistes s’interrogent sur l’évolution des défilés, à l’instar du créateur turc Umit Benan, qui a décidé de mettre fin à ses défilés. Ce dernier, qui fréquentait les podiums parisiens avec sa ligne masculine depuis 2014, considère ne plus être en phase avec ce type de rituel. « Les shows devraient être une fête et non un créneau à 15 ou 16h dans un calendrier », a-t-il expliqué.

Cinq autres défections sont à enregistrer, contrebalancées par six nouvelles arrivées, auxquelles s’ajoute le retour du designer coréen Juun.J, qui avait défilé au Pitti Uomo la saison dernière.

Strateas et Carlucci ont quitté Paris pour Milan cette saison - © PixelFormula


Cette fois, c’est au tour de Raf Simons de déserter Paris pour se rendre au salon masculin florentin, où, en tant qu’invité d’honneur, il a organisé un show jeudi 16 juin.

A signaler également les défections de Saint Laurent, qui préfère attendre la Fashion Week féminine d’octobre pour révéler la première collection de son nouveau directeur artistique, Anthony Vaccarello. La marque avait déjà boudé Paris en janvier, choisissant de défiler à Los Angeles.

Manquent à l’appel aussi la Maison japonaise Mihara Yasuhiro, en pleine réorganisation et le Sud-Coréen Songzio, ainsi que la griffe australienne Strateas.Carlucci, qui a décidé de quitter Paris, où elle avait débuté en janvier dernier, pour se transférer à Milan.

Le programme n’en est pas moins séduisant, avec plusieurs nouveautés. A commencer par le très attendu défilé de Balenciaga, le mercredi 22 juin, piloté par son nouveau directeur artistique, Demna Gvasalia. Il s'agit du premier show homme de la griffe née il y a près de 100 ans.
 

L'Homme de Carven défilera pour la première fois en juin, ici l'été 2016. © PixelFormula
Autre début de l’Homme sur les podiums, celui de Carven, dont la collection masculine dessinée par Barnabé Hardy faisait jusque-là l’objet d’une simple présentation.

La même journée, le public parisien pourra découvrir Facetasm de Hiromichi Ochiai. Tête de file de la nouvelle vague de créateurs japonais, défilant habituellement à Tokyo, il était sur les podiums milanais en juin 2015, invité à défiler dans le théâtre de Giorgio Armani.

Le lendemain, jeudi 23 juin, ce sera le tour de la marque Pigalle Paris du créateur Stéphane Ashpool de faire ses débuts sur les podiums parisiens. Couronné en 2015 du prix de l’Andam, le label, qui défilait auparavant en off, a obtenu son ticket pour intégrer le programme officiel.

 
Le Chinois Sean Suen débute sur les podiums parisiens cette saison 
Le dernier jour, dimanche 26 juin, le public retrouvera la marque Off-White du créateur américain Virgil Abloh, également conseiller mode de Kanye West, qui a fait ses premiers pas à Paris le 8 mars lors de la Semaine de la mode féminine, et occupera désormais la scène aussi avec l’homme.

Enfin, à découvrir en ce même jour de clôture, Sean Suen, l’un des nouveaux talentueux créateurs chinois à surveiller de près. La marque a été créée en 2013 à Londres et est soutenue par GQ Chine.

Né à Chongqing, le créateur excelle à décomposer les structures classiques, s’inspirant de la culture de la rue avec un grand travail sur le tissu.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com