×
Publicités
Par
AFP
Publié le
28 sept. 2008
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Défilés parisiens : des galons précieux aux drapés antiques

Par
AFP
Publié le
28 sept. 2008

PARIS, 28 sept 2008 (AFP) - Le strass et les paillettes ont l'esprit militaire et parfois rebelle, pour une séduction très conquérante chez Balmain qui a présenté dimanche 28 septembre sa collection de prêt-à-porter pour le printemps-été 2009.


Balmain collection printemps-été 2009 - Photo : François Guillot/AFP

Le créateur Christophe Decarnin avait déjà dans le passé proposé des débardeurs troués accompagnés de vestes précieuses. Cette fois, ce sont ses jeans qui prennent une allure trash, déchirés, délavés, maculés de nuages blancs comme s'ils avaient subi les assauts d'éponges imbibées de javel.

Mais ces "slims" déglingués sont brodés de croix en strass et se marient à des vestes d'officier richement brodées de paillettes, de clous, de strass, de brandebourgs d'argent. Ils se portent juchées sur des sandales tout aussi précieuses.

La ligne d'épaules nettement élargie des vestes contribue à donner encore plus d'assurance à des séductrices très sûres d'elles en jupe droite noire et cloutée, ou en micro-robe moulante, drapée au plus près du corps comme un bandage dévoilant des résilles de strass dans ses interstices, le long de l'ourlet ou à l'encolure.

De petites robes tutu à ceintures cloutées, d'autres asymétriques --courtes devant et à traîne-- signent une sensualité à peine plus sage.

Chez Nina Ricci, Olivier Theyskens a lui aussi opté pour cette asymétrie qu'il décline sur l'ensemble de sa collection, cohorte de fines silhouettes à longues traînes, qui vacillent sur leurs escarpins, envelopppées de mousseline aux couleurs unies neutres ou aux imprimés fanés.

"J'ai eu envie de travailler autour de quelques règles assez strictes que je pouvais imposer comme un look", a-t-il expliqué à propos de ces variations sur la robe à traîne, censées séduire les jeunes filles de 2009. "J'aimais bien l'idée du court devant, long dans le dos, et après, montrer comment on peut, à partir de ce départ assez réglementé, créer une diversité, montrer comment, du canevas le plus simpliste, on peut apporter petit à petit, de la couleur, de la légèreté, de la féminité", a-t-il ajouté.


Anne Valérie Hash collection printemps-été 2009 - Photo : Pierre Verdy/AFP

La styliste Anne Valérie Hash a gagné l'audacieux pari de mêler dans une même collection Grèce antique et design. "On a essayé un mélange: le design pour les lignes pures et la Grèce antique pour les drapés", a-t-elle expliqué à l'AFP.

Résultat: un vestiaire d'une grâce très féminine, en robes de jersey drapées sur une épaule, des décolletés dans le dos dévoilant une mousseline chair, des alignements de tout petits boutons dessinant les épaules, des micro-vestes gansées trouées de hublots sur les épaules. La collection se décline en nuances unies très douces ou en couleurs vives fondues.

La créatrice a voulu "de la légèreté, de la fluidité, des torsions", et a utilisé avec le jersey une matière qui lui est peu familière.

On retrouve son goût pour les emprunts au vestiaire masculin, notamment dans une combinaison-costume blanche ou un dos-nu ressemblant à une veste d'homme portée devant-derrière. "J'ai pensé à une femme, plus qu'au féminin-masculin", dit Anne Valérie Hash. "C'est beaucoup plus féminin qu'avant".

C'est un raffinement similaire marque la collection de Rajesh Pratap Singh. Originaire du Rajasthan, ce créateur indien a créé sa marque en 1997 après avoir obtenu un diplôme de mode en Inde et avait défilé pour la première fois à Paris en février dernier.

Comme la saison passée, il signe une collection d'une élégance épurée, avec de courtes robes-chemises en superpositions, des jeux de nervures et de plis sur des robes moulantes, des pantalons amples à taille haute, des blouses transparentes. Les nuances de rouge, corail, abricot, rose, côtoient des blanc, noir, gris, un bleu profond.


Lie Sang Bong collection printemps-été 2009
Photo : François Guillot/AFP

De son côté le Sud-Coréen Lie Sang Bong a voulu explorer "les formes, la lumière et l'espace" en s'inspirant notamment du cubisme pour des "silhouettes géométriques, cubiques, triangulaires ou cylindriques", selon un texte remis au public.

Il signe des robes blanches imprimées d'éclats de couleur géométriques, comme la mosaïque d'un kaleïdoscope ou de l'origami déplié. D'autres ont des épaules en relief comme un cube partiellement défait. Des arceaux gonflent l'ourlet de jupes ou le bas de courtes manches comme des lampions. Une spectaculaire robe de figures géométriques dépliées, dans des nuances de blanc et bleus, a fait sensation.

Par Dominique SCHROEDER

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.