×
Publicités
Par
AFP
Publié le
29 sept. 2008
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Défilés parisiens : Dior en peaux de bête, Cacharel en fleurs

Par
AFP
Publié le
29 sept. 2008

PARIS, 29 sept 2008 (AFP) - La mousseline prend des accents sauvages avec John Galliano chez Christian Dior, qui la marie au python, au galuchat et autres peaux plus familières dans sa collection de prêt-à-porter féminin pour le printemps-été 2009, présentée lundi 29 septembre à Paris.


Défilé Christian Dior printemps-été 2009

Dans une tente plantée dans le "Carré des sangliers" du jardin du Tuileries, dans laquelle s'étaient entassées près de 1.500 personnes, le styliste britannique a défini un "chic tribal" plutôt sage pour les beaux jours.

Il suppose des jambes de girafe, vu que la collection est essentiellement composée de très courtes jupes en soie, parfois plissées soleil et généralement transparentes, de même que les robes longues.

Les vestes en python, en galuchat, en cuir, dessinent les épaules et font la taille fine. Découpées aussi en manteaux et robes, les peaux se déclinent en teintes classiques (noir, écru, camel, gris) mais aussi plus inhabituelles (céladon, orange...).

Des traits d'argent dessinent comme des scarifications sur un bustier en cuir noir, une robe rose est brodée notamment de cauris, ces coquillages africains, une autre est frangée comme un pagne.

John Galliano est venu saluer sobrement vêtu d'un pantalon et d'un gilet noir, applaudi notamment par "l'effeuilleuse" Dita von Teese, la chanteuse Lily Allen et de nombreuses actrices dont Eva Green, Milla Jovovich, Marion Cotillard et Elsa Zylberstein.


Défilé Cacharel printemps-été 2009

Quelques heures auparavant, Cacharel avait remonté le temps avec un défilé célébrant les 50 ans de la marque et rendant hommage à son célèbre imprimé "Liberty" des années 70. Robes à mi-mollet, bandanas, maillots de bain, chemisiers, jupes dansantes: aux accents d'une chanson de Michel Delpech, idole des années 70, une troupe de mannequins souriants -chose exceptionnelle sur les podiums-- a joyeusement fait revivre cette époque, en présence du fondateur de Cacharel, Jean Bousquet.

Cacharel a participé a "la grande révolution des années 60", a souligné M. Bousquet auprès de l'AFP. "C'était la Nouvelle vague, la musique. On était dans ce mouvement, ce sont les filles qui ont donné ce mouvement", a-t-il ajouté.

Dans un premier défilé, le tandem de stylistes de la griffe, le Britannique Mark Eley et la Japonaise Wakako Kishimoto, avait proposé une collection légère et gaie. Ils renouvellent les imprimés, les mélangent, les conjuguent aux rayures pour des robes à taille fine et casquette assortie, robes bain de soleil, petits chapeaux en crochet.

M. Bousquet a salué "la fraîcheur et la simplicité" du vestiaire proposé. "L'esprit Cacharel n'a pas changé", estime-t-il. "C'est une fille jeune, qui veut plaire, qui est sexy et qui est gaie. Il ne faut pas lui poser de problème pour s'habiller, elle s'habille le plus simplement possible".

Pour sa marque Dice Kayek, la créatrice turque Ece Ege a dessiné une collection d'esprit couture, aux nombreuses robes bicolores noir-blanc, aux plis ou aux drapés twistés pour exprimer "les mouvements météorologiques, le tourbillon du temps", a-t-elle expliqué à l'AFP. D'où "le noir et blanc, comme le ciel avant et après l'orage, et quelques couleurs de soleil de temps en temps".


Défilé Gaspard Yurkievich printemps-été 2009

Gaspard Yurkievich de son côté a voulu mélanger "l'héritage couture français et le glam des années 70" selon un texte distribué aux invités. Ses mannequins aux lèvres pailletées ont proposé des robes très fluides, aux manches courtes comme un ruban plié laissant entrevoir la peau, aux broderies de nacre ou de miroirs, aux épaulettes en plumes.

Par Dominique SCHROEDER

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.