×
Publicités
Publié le
2 juil. 2007
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Défilés parisiens : esprit cavalier chez Ungaro

Publié le
2 juil. 2007

Franck Boclet qui a fait ses premiers pas comme directeur artistique d’Emanuel Ungaro déclare avoir imaginé en quatre mois « un faux soir à porter le jour ». Sportive et toujours chic, sa collection se dote d’un esprit cavalerie aux légères réminiscences militaires. Guipure et voile coton des chemises allègent des silhouettes résolument masculines mais raffinées.


Création signée Franck Boclet pour Ungaro, lors des défilés prêt-à-porter printemps-été 2008, le 29 juin 2007 à Paris Photo : Pierre Verdy/AFP


« Elégant, moderne » mais aussi « très caméléon » comme le souligne Franck Boclet, l’amateur d’Ungaro est soucieux de son apparence mais perméable aux effets de mode et porte du blanc, du noir, du gris acier ponctués par des touches lie-de-vin. Trench en soie, blouson en laine ultra fine, le tout imperméabilisé : il plébiscite la qualité et l’esthétisme.




Création signée Franck Boclet pour Ungaro, lors des défilés prêt-à-porter printemps-été 2008, le 29 juin 2007 à Paris Photo : Pierre Verdy/AFP


Comme « il a fallu créer cet homme Ungaro qui devait être un petit-fils de Steve McQueen et de Marlon Brando », l’ex-styliste de Francesco Smalto pendant seize ans imagine des sahariennes en daim, des vestes grises à revers de soie, des pantalons à plis, de superbes bottes cavalières tantôt noires, tantôt champagne dans lesquelles se glisse un pantalon blanc moulant ou un jean.




Créations signées Franck Boclet pour Ungaro, lors des défilés prêt-à-porter printemps-été 2008, le 29 juin 2007 à Paris

Photo : Pierre Verdy/AFP


Souci du détail : il n’oublie ni des colliers de perles en bois, ni la maroquinerie. De l’attaché-case au sac 48 heures, les femmes ont des raisons de jalouser leur compagnons.



Comble du raffinement, les pressions et les boucles toutes d’or rose côtoient des boutons parés de tissus. Les étiquettes en cuir frappé accompagnent les initiales de la marque dont la police qualifiée de « presque moyenâgeuse » par Franck Boclet volent allègrement la vedette aux tee-shirts décolletés en U (comme Ungaro mais aussi comme un fer à cheval) sur lesquels elles s’apposent.




Créations signées Franck Boclet pour Ungaro, lors des défilés prêt-à-porter printemps-été 2008, le 29 juin 2007 à Paris - Photo : Pierre Verdy/AFP


Perfectionniste, l’ancien directeur artistique de Smalto les place sous la semelle des chaussures Ungaro. Loin d’être au placard, les cravates parfois en maille lie-de-vin quant à elles sont là quittes à être tronquées par un pull décolleté. Pour le soir, la redingote s'impose.



Le défilé a été très applaudi notamment par les comédiens Lambert Wilson, André Dussolier, Richard Berry, Samuel Le Bilan, le footballeur Nicolas Anelka et le boxeur Jean-Marc Mormeck.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com