×
Par
AFP
Publié le
29 sept. 2006
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Défilés parisiens : la Chine fait son entrée dans le calendrier

Par
AFP
Publié le
29 sept. 2006

PARIS, 29 sept 2006 (AFP) - Pour la première fois dans l'histoire des défilés parisiens, un Chinois présente une collection sur les podiums dans le cadre de la semaine du prêt-à-porter féminin pour le printemps-été 2007 qui débute dimanche 1er octobre.


Frankie Xie pour Jefen dimanche 1er octobre à Paris - Photo : Pierre Verdy/AFP

Frankie Xie, 46 ans, inconnu en France mais célèbre en Chine où il possède une vingtaine de boutiques, donnera le coup d'envoi du marathon des défilés dimanche à 10h30 au Carrousel du Louvre (Ier arrondissement). Il présente sa marque, Jefen, dans une version adaptée aux goûts occidentaux.

Titulaire de diplômes de mode et de textile obtenus à Pékin et à Tokyo, Frankie Xie a dessiné une collection placée sous le signe de "la porte chinoise", symbole de l'ouverture de son pays à la mode et au monde.

"Avant, la Chine fabriquait seulement pour la mode, maintenant, elle crée la mode", a expliqué le styliste à l'AFP. Il a choisi de défiler à Paris parce que "c'est la capitale de la mode" et "un point très important pour le commerce", pour "exploiter le marché international" au-delà de l'Asie.

Pour le président de la Fédération française de la Couture, Didier Grumbach, l'entrée de Frankie Xie dans le programme officiel a une valeur "symbolique" et aura "un énorme impact en Chine".

Plusieurs stylistes font leur retour dans le calendrier qui propose dix à douze défilés quotidiens pendant huit jours.

C'est le cas de l'Américain Stephen Burrows, qui n'avait pas défilé à Paris depuis plus de 30 ans. En 1973, il avait figuré parmi les cinq couturiers américains qui avaient présenté leur travail au château de Versailles lors d'une soirée destinée à financer la restauration de l'édifice.

Après avoir chamboulé dans les années 70 le montage des vêtements en soulignant les coutures par des points de fils de couleur contrastée, Stephen Burrows proposait plus récemment un vestiaire coloré aux lignes fluides. Il a reçu en 2006 un "hommage spécial" du comité de direction du Council of Fashion Designers of America.

Autre retour remarqué, celui de Karl Lagerfeld, après une éclipse d'une saison à New York.

Pour la première fois, Sophia Kokosalaki défile dans le cadre du calendrier officiel, après trois saisons en marge. La styliste grecque vient d'être nommée directrice de la création de Vionnet, dont le secteur mode était en déshérence depuis 1939, mais elle présente sa propre collection.

Rochas manque à l'appel, sa maison-mère, le groupe Procter & Gamble, ayant décidé d'arrêter l'activité prêt-à-porter de luxe et accessoires. Le directeur artistique de Rochas, Olivier Theyskens, vient d'être recruté chez Nina Ricci et devrait présenter une collection pour cette maison la saison prochaine.

La maison Guy Laroche s'est elle aussi séparée de son directeur artistique, Hervé Leroux, cet été, mais elle présente malgré tout une collection, réalisée par "un bureau de style".

"Le calendrier est devenu plus dense", souligne M. Grumbach. "Pendant longtemps, on a eu des marques inconnues le premier dimanche, des marques jeunes le premier lundi. Aujourd'hui, ce n'est plus le cas, il y a des marques très fortes dès le début".

Les défilés se concentrent à Paris, plusieurs personnes ayant été victimes d'agressions à la sortie d'un défilé organisé en banlieue la saison précédente.

La semaine s'achèvera le 8 octobre avec Miu Miu, deuxième ligne de Prada qui, pour la deuxième saison consécutive, défile à Paris plutôt qu'à Milan.

Par Dominique SCHROEDER

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.