×
Par
AFP
Publié le
4 oct. 2007
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Défilés parisiens : Saint Laurent, Celine, Anne-Valérie Hash, Léonard et Barbara Bui

Par
AFP
Publié le
4 oct. 2007

PARIS, 4 oct 2007 (AFP) - Stefano Pilati pour Saint Laurent a mis en scène jeudi 4 octobre au soir des femmes à la fois déterminées et d'une fémnité affirmée, dans une collection de prêt-à-porter pour le printemps-été 2008 placée sous le signe de l'étoile.


Création de Stefano Pilati pour Yves Saint Laurent collection printemps-été 2008 - Photo : Pierre Verdy/AFP

Sous la verrière du Grand Palais ont défilé des femmes en veste de costume bleu électrique aux épaules marquées, parfois sans manches, sur T-shirts de fin jersey, accompagnés de souples jupes ficelle, d'amples pantalons blancs à revers. Les combinaisons-pantalons à la taille fine se portent avec de hauts escarpins, des jupes à l'ourlet asymétrique s'accompagnent de hauts à courtes manches bouffantes.

Des nervures pincées à la taille animent de courtes robes de soie. Des étoiles multicolores brillent sur une robe ample à courte manches bouffantes, sur l'épaule d'une robe noire. Des étoiles et des chevrons noirs s'associent pour des hauts qui laissent apparaître la peau. Les étoiles s'installent également sur les ceintures, les escarpins, les colliers.

"C'est un symbole universel. Quel symbole mieux que l'étoile pour lancer la femme vers le futur ?", a commenté Stefano Pilati après le défilé.

Les actrices Catherine Deneuve, Isabelle Huppert, Amira Casar, Elsa Zylberstein, Kristin Scott-Thomas, la danseuse et mannequin Dita Von Teese, la chanteuse Courtney Love, le rappeur Kanye West figuraient au premier rang du public.


Création d'Ivana Omazic por Celine collection printemps-été 2008 - Photo : Pierre Verdy/AFP

Baleines et crin du temps passé ont fait un retour inattendu dans le prêt-à-porter contemporain, avec la collection proposée par Ivana Omazic pour Celine. La créatrice introduit des baleines jusque dans des T-shirts en fin jersey, dont elles marquent la taille, ou des cardigans.


Création d'Ivana Omazic por Celine collection printemps-été 2008 - Photo : Pierre Verdy/AFP

Les baleines dessinent la silhouette, glissées dans de petites vestes cintrées ou des blousons de cuir, des robes en taffetas changeant, des parkas en soie imperméabilisée, et forment des gilets rigides comme des corsets sur des pantalons. Le crin, quant à lui, donne du volume à l'ourlet d'amples jupes qui virevoltent dans le genou.


Création d'Ivana Omazic por Celine collection printemps-été 2008
Photo : Pierre Verdy/AFP

Cette garde-robe qui veut privilégier le mouvement et le maintien se décline en blanc, gris, marine, noir, mais aussi en fuchsia, rouge vermillon, vert paon.

De son côté, Anne-Valérie Hash a signé une collection à la sophistication délicate, comme opalescente en nuances de blancs, gris perle et or pour de courtes jupes gonflées, des blouses aux manches bouffantes, des combinaisons-pantalons fluides, des robes à plastron de perles pâles.


Créations Anne-Valérie Hash collection printemps-été 2008 - Photo : François Guillot/AFP

Des blouses de mousseline émergent de robes bustiers à petits plis plats ou d'amples pantalons de soie resserrés sous le genou. De grosses tresses serpentent en relief sur des jupes à taille haute, des éléments du vestiaire masculin se glissent comme par inadvertance dans ces vêtements très féminins, comme un col de costume ou le haut d'un pantalon.

"Je me suis inspirée d'une image de Mia Farrow dans The great Gatsby" ("Gatsby le Magnifique" de Jack Clayton), "avec cette lumière particulière, très, très belle", a expliqué la créatrice après le défilé. "Il fallait que tout soit laiteux, pâlot, fluide, innocent, sensuel".

Anne-Valérie Hash a reconnu que la part du masculin diminue dans ses collections même si "on retrouve certaines petites choses". "J'ai calmé le masculin en moi maintenant que je suis une maman. (...) Je suis allée vers la douceur", dit-elle.

Cette collection marque le retour de la créatrice dans le calendrier du prêt-à-porter de luxe. Elle défilait ces dernières années uniquement durant la semaine de la couture, mais a entrepris de développer désormais une ligne "couture" et une ligne "prêt-à-porter".


Création Anne-Valérie Hash collection printemps-été 2008 - Photo : François Guillot/AFP

La maison Léonard, qui vient de se voir attribuer par les pouvoirs publics le label "entreprise du patrimoine vivant", a proposé une nouvelle fois un festival d'imprimés sur soie, en association très contrastée, dans ses traditionnels motifs coptes et floraux.

La créatrice Véronique Leroy a dessiné de nombreuses combinaisons-sarouels, des combi-shorts, des robes débardeurs imprimées à incrustation de macramé noir, des robes courtes à bustier matelassé. Pour le soir, s'offre le choix entre des robes longues, des combi-pantalons larges, des maillots du soir en éponge imprimée.

Les motifs font se télescoper le jaune, le marine et le violet, le marine, le beige et le turquoise. Le fuchsia se marie au blanc, mais aussi au vert, à l'orange et au turquoise, éventuellement au beige et au mauve.

Chez Barbara Bui, au contraire, la discrétion est de mise avec une collection d'une sécheresse toute africaine en robes bustier nouées style boubou, marqueterie de cuir sur les encolures, imprimé croco sur mousseline, bustier saharienne en cuir.

Des blouses de mousseline rose à lavallière, des robes en lamé argent, de petites vestes dorées, de larges pantalons noirs rompent la neutralité de cette garde-robe déclinée essentiellement en blanc et brun.

Par Dominique SCHROEDER

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.