×
Publicités
Par
AFP
Publié le
9 oct. 2006
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Défilés parisiens : Une création parfois éclipsée par le spectacle

Par
AFP
Publié le
9 oct. 2006

PARIS, 9 oct 2006 (AFP) - La mise en scène, les accessoires et les fêtes ont parfois éclipsé l'intérêt suscité par les vêtements lors des défilés de prêt-à-porter féminin pour le printemps-été 2007, qui se sont achevés dimanche 8 octobre à Paris.


Un modèle de Balmain défile à Paris le 1er octobre 2006
Photo : Pierre Verdy/AFP

Plusieurs collections sont apparues très "couture", davantage destinées au soir ou à l'intimité domestique qu'à la vie quotidienne, avec de micro-robes de mousseline aux broderies précieuses (Balmain) ou des décolletés jusqu'aux reins (Guy Laroche).

La silhouette est souvent très courte, comme pour l'hiver 2006-2007, avec de longues jambes sur chaussures à plateforme et talons hauts, souvent dévoilées jusqu'à mi-cuisse. Les podiums ont vu défiler beaucoup de robes trapèze ou baby-doll, avec des manches ballons, parfois surdimensionnées comme chez le Russe Igor Chapurin.

Karl Lagerfeld, qui a dessiné pour Chanel des robes ultra-courtes en noir et blanc, a souligné qu'elles pouvaient s'associer à une jupe ou à un pantalon pour un usage plus quotidien.

Les transparences ont été nombreuses (Yohji Yamamoto, Céline...).


Une création de John Galliano pour Christian Dior défile à Paris le 3 octobre 2006 - Photo : François Guillot/AFP

La saison paraît marquer un changement de cap pour certaines maisons.

John Galliano pour Dior est passé sans transition du "gothic chic" à de très stricts tailleurs et robes drapées. "Il y a tout de même un moment où il faut atterrir", commentait un bon connaisseur du milieu, en faisant référence à la nécessité, au-delà du talent créatif, de "rencontrer la clientèle".

Pour sa propre collection, John Galliano a dessiné un vestiaire très applaudi, riche en drapés sensuels peints et brodés et en spectaculaires capelines de grillage.

Christian Lacroix est apparu moins "arlésien", préférant la géométrie et les effets graphiques aux dentelles et aux ors, dans une collection plus déliée.

Alber Elbaz pour Lanvin a oublié douceur et joliesse pour habiller une femme déterminée qui aime les tissus très techniques.


Créations présentées lors des défilés printemps-été 2007 à Paris
Photo : AFP

Une touche sportive s'est manifestée chez Dries Van Noten et surtout chez Jean Paul Gaultier qui a proposé une collection à l'élégance décontractée, inspirée du vestiaire sportif, et a fait défiler une femme plus que ronde, provoquant des applaudissements nourris.

La poésie était au rendez-vous chez Hussein Chalayan. Ses vêtements transformables ont donné lieu à un spectacle de magie dont la douceur irréelle a ému des spectateurs aux larmes.

La poésie a pris un tour plus théâtral chez Alexander McQueen et s'est déployée en plissés et pliages chez Naoki Takizawa, qui signait sa dernière collection pour Issey Miyake. Poésie aussi chez Givenchy, pour qui Riccardo Tisci a conçu un vestiaire d'inspiration africaine.

Marc Jacobs pour Vuitton a proposé une collection au charme champêtre aimant les douces superpositions et le liberty.


Des danseurs pour le défilé de Viktor & Rolf, à Paris le 2 octobre 2006 - Photo : Pierre Verdy/AFP

Le spectacle a parfois presque fait oublier les vêtements. Viktor & Rolf ont mis en scène leur collection dans un cabaret avec orchestre. Les vêtements --robes fluides à taille fine, vestes trompe-l'oeil-- ont été d'autant plus relégués au second rang que le show s'est achevé par l'apparition géante de l'image du nouveau parfum lancé par la maison. Antonio Marras pour Kenzo avait reconstitué une sorte de désert pour présenter des robes de soie chamarrées.

Les accessoires se sont fait remarquer : les sacs, mais aussi les chaussures, souvent spectaculaires, et les bijoux.

Autant que la collection de Stefano Pilati pour Saint Laurent, c'est l'état de santé d'Yves Saint Laurent, légèrement blessé à la suite d'une chute vendredi 6 octobre, qui a suscité des commentaires.

Par Dominique SCHROEDER

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.