×
Publicités
Par
AFP
Publié le
28 févr. 2008
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Défilés parisiens : Valentino, Anne-Valérie Hash, Léonard, Yves Saint Laurent

Par
AFP
Publié le
28 févr. 2008

PARIS, 28 fév 2008 (AFP) - Valentino a abandonné jeudi 28 février ses froufrous et son glamour hollywoodien sans pour autant renoncer à son élégance raffinée, dans la première collection de sa nouvelle directrice artistique, Alessandra Facchinetti, l'une des plus attendues de la semaine de la mode parisienne.


Valentino collection autmone-hiver 2008/2009
Photo : Pixel Formula

Voir l'intégralité du défilé

Dans le cadre des défilés de prêt-à-porter féminin pour l'hiver prochain, l'ex-directrice artistique de Gucci, nommée après le départ de Valentino en septembre dernier, a proposé une garde-robe qui modernise le style de la griffe tout en respectant son esprit.

Le public réuni dans une salle du palais de Chaillot à Paris, nettement moins nombreux que celui des shows Valentino, ne s'y est pas trompé : il a chaleureusement applaudi l'élégance sans fioriture d'une collection ne comportant aucun imprimé.

Alessandra Facchinetti imagine l'hiver en tailleurs à jupes fluides et courtes vestes, manteaux trapèze à double boutonnage doré, fines robes à la taille marquée d'une ceinture à boucle géométrique or. Les manches s'élargissent souvent en bulbe, des cascades de volants semblant découpés au laser ornent robes et jupes. Les robes longues sont plus sobres, moins hollywoodiennes que celles de son prédécesseur. Les couleurs sont sans agressivité.

Le célèbre rouge Valentino apparaît en fin de défilé, notamment avec un manteau aux quatre poches gansées d'or ou une longue robe bustier à feuilletage vertical qui a particulièrement séduit l'actrice française Julie Gayet.

C'est "élégant, dans l'esprit de Valentino, mais plus moderne", juge-t-elle à propos de la collection. "C'est très beau, très élégant, j'ai hâte de voir la suite". Selon elle, Alessandra Facchinetti est "la bonne personne" pour succéder à Valentino dont elle a su "garder le style".

Pour la réalisatrice et scénariste Yamina Benguigui, "il y a quelque chose peut-être de plus aérien, de plus féminin" que précédemment. C'est "non seulement jeune, mais il y a quelque chose d'extrêmement féminin dans le graphisme des robes. Mais c'est subtil, ce n'est pas tranché. On a l'impression que l'on reconnaît l'esprit de la maison et d'un seul coup elle (Alessandra Facchinetti) nous a emmenés ailleurs".

La styliste n'avait qu'un objectif : "élégance, pure élégance et féminité, tout tourne autour de cela", a-t-elle déclaré à l'issue du défilé. Le style Valentino est "la base fondamentale de mon travail. Ca ne peut pas être changé. Il n'y a que les proportions qui changent, elles sont plus actuelles".


Valentino, 75 ans, avait fait ses adieux à la mode pendant la semaine de la haute couture en janvier, après 45 ans de carrière.


Anne Valérie Hash collection automne-hiver 2008/2009

De son côté la créatrice Anne-Valérie Hash, entrée fin 2007 dans le petit cercle de la haute couture, a proposé une collection de prêt-à-porter qui s'amuse avec des combinaisons-costumes Prince de Galles et des trompe-l'oeil comme cette robe qui joue les bustiers ou cette combinaison-pantalon qui semble un pantalon masculin et un pull.

La créatrice redessine la silhouette avec de courtes manches facettées comme des figures géométriques dépliées et structure de bandes colorées des vestes transparentes.

La collection se décline dans des tonalités éteintes de saumon, moutarde, bleu, brun, gris...


Léonard collection automner-hiver 2008/2009

Chez Léonard, la styliste Véronique Leroy, qui avait proposé lundi la collection de sa propre marque, explore au contraire des alliances éclatantes, comme rouge-violet-fuchsia, dans une collection riche en amples robes style caftan mêlant impressions graphiques et les traditionnels imprimés fleurs chers à la maison.

Chez Yves Saint Laurent, Stefano Pilati a mis en scène des conquérantes intergalactiques au teint pâle, aux lèvres bleues et aux cheveux noirs coupés au bol, qui martèlent le podium avec leurs boots stiletto à patin. Sous un assemblage de grandes voiles blanches mis en place dans le Grand Palais, elles marchent la tête haute, le cou enserré dans un collier de chien ou un col roulé noir, les poignets parfois pris dans des manchettes.


Yves Saint Laurent collection automone-hiver 2008/2009 Photo : Pierre Verdy/AFP

Le styliste a dessiné des robes housses bi-matière (tweed bleu sur le devant, satin gris dans le dos), des chemises blanches ou en mousseline transparente à longues manches bouffantes. Ce vestiaire, qui s'adresse à l'évidence à des femmes déterminées, comporte aussi des vestes en tweed à empiècements de satin, des spencers de cuir noir sur pantalon ample, des jupes à mi-mollet zippées.

Voir l'intégralité des défilés

Par Dominique SCHROEDER

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.