×
Publicités
Par
AFP
Publié le
3 oct. 2007
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Défilés parisiens : Valentino, Karl Lagerfeld et Christian Lacroix

Par
AFP
Publié le
3 oct. 2007

PARIS, 3 oct 2007 (AFP) - Le couturier italien Valentino a fait mercredi 3 octobre ses adieux aux podiums parisiens de prêt-à-porter en offrant une ultime fois à son public une collection ultra-féminine et raffinée, aux couleurs subtiles, qui a été accueillie par une ovation debout.


Créations Valentino collection printemps-été 2008 - Photo : François Guillot/AFP

Valentino doit présenter sa dernière collection de haute couture en janvier prochain à Paris, après quarante-cinq ans de carrière, avant de passer la main à Alessandra Facchinetti, ex-directrice artistique de Gucci.

Pour le printemps-été 2008, le couturier a dessiné comme à l'accoutumée des silhouettes ultra-féminines, en courtes robes près du corps, à taille fine, feuilletages de soie aux poignets ou à l'encolure, flot sur les épaules ou sur les hanches. Il propose aussi des robes courtes en "drapé liquide" ou longues de princesse.


Créations Valentino collection printemps-été 2008
Photo : François Guillot/AFP

Les couleurs déferlent sur le podium, en vagues de robes courtes rose et améthyste, vert chartreuse et améthyste ou à grosses pastilles blanches alignées sur un fond rouge. Le noir et blanc ponctuent des tailleurs, les robes longues se déclinent en ivoire, noir imprimé de fleurs, mousseline bleu azur et dentelle noire, tulle beige rebrodé.

"Il faut s'arrêter un jour", a déclaré Valentino à l'issue du défilé. "Je veux faire autre chose (...), je veux m'amuser un peu parce que j'ai toujours été cloué dans des maisons de couture en dessinant des centaines de croquis chaque saison. (...) Je veux m'arrêter au top de ma gloire", a-t-il ajouté en se disant prêt à dessiner des robes pour l'opéra ou le ballet.

"C'est pas marrant, il va s'embêter", a estimé Karl Lagerfeld, à l'issue de son propre défilé. "Je ne suis pas très content parce que je trouve que ce n'est pas bien qu'il s'arrête. Il est en pleine forme, il devrait continuer. Je trouve ça triste", a ajouté le couturier, en précisant que lui-même n'était pas près de s'arrêter : "tous mes contrats sont à vie, donc je suis comme un condamné à mort".


Créations Karl Lagerfeld collection printemps-été 2008 Photo : Pierre Verdy/AFP

Pour sa propre collection, Karl Lagerfeld s'est souvenu des années 80 et de ses propres créations. Très graphique, elle joue les superpositions et les découpes en triangles, avec des éclats de couleur. Sur fond de néon arc-en-ciel, les mannequins, coiffées de chapeaux ronds à double bord, arpentent un podium également arc-en-ciel, en courtes robes noires à taille fine, vestes à motif géométrique noir et blanc, courtes jupes bouffantes sur pantalon-leggings de tulle noir.


Créations Karl Lagerfeld collection printemps-été 2008 - Photo : Pierre Verdy/AFP

Elles enfilent parfois une robe housse sur une volumineuse jupe en feuilletage de tulle, ou superposent les tops surfins et moulants noirs, blancs et de couleurs, de manière à former des triangles qui dessinent comme un puzzle. De lourds bracelets de berlingots en résine multicolore, très pointus, alourdissent leurs poignets.

Christian Lacroix de son côté a dessiné pour l'été de fines silhouettes, avec des robes "parapluie" à la taille bien prise, des jupes droites, des robes-crayon à manches ballon, d'autres à courtes manches bouillonnées. Il signe aussi des tuniques peintes et des robes dont les imprimés rappellent parfois les années 50 comme ce blanc tacheté de citron et de noir.


Créations Christian Lacroix collection printemps-été 2008 - Photo : Pierre Verdy/AFP

Les femmes sont coiffées de turbans et d'ombrelles recouverts d'un foulard de soie. Les jupes s'accompagnent à l'occasion d'un blouson, par exemple rose en cuir d'anguille ou bleu royal en peau de vipère.


Création Christian Lacroix collection printemps-été 2008 Photo : Pierre Verdy/AFP

"Je me suis beaucoup plongé dans toutes les photos de mode américaine des années 40-50", a expliqué Christian Lacroix après le défilé. Il évoque aussi "la peinture des Nabis ou de Marie Laurencin" et "les chapeaux des années 40 qui étaient juste des foulards avec des espèces de calottes".

Par Dominique SCHROEDER

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.