×
Traduit par
Clémentine Martin
Publié le
5 mars 2020
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Delta Galil, satisfait de son année 2019 mais dans la crainte pour 2020

Traduit par
Clémentine Martin
Publié le
5 mars 2020

Le groupe Delta Galil, basé à Tel Aviv et détenteur des labels 7 For All Mankind, Schiesser, Eminence et PJ Salvage, a publié le 26 février dernier ses résultats pour l’année 2019. Ils indiquent une croissance à deux chiffres des ventes et des bénéfices. Seule ombre au tableau : l’épidémie de coronavirus qui pèse sur les prévisions de l’entreprise israélienne pour 2020.


Delta Galil possède notamment les marques 7 For All Mankind, Schiesser, Eminence et PJ Salvage - Instagram: @7forallmankind


Au quatrième trimestre, clos le 31 décembre, le bénéfice net de Delta Galil a décollé de 44 % à 35,6 millions de dollars (32,24 millions d’euros). Les ventes trimestrielles s’élèvent à 504,8 millions de dollars (457,1 millions d’euros), en hausse de 11 %.
 
Les ventes pour l’année entière sont elles aussi en croissance à deux chiffres, avec une augmentation de 13 %. Elles passent de 1,5 milliard de dollars (1,36 milliard d’euros) à 1,7 milliard de dollars (1,54 milliard d’euros), tandis que le bénéfice d'exploitation a augmenté de 29 % à 103,7 millions de dollars, contre 80,7 millions de dollars en 2018. Le bénéfice d'exploitation excluant les éléments non récurrents a quant à lui progressé de 8 % à 106 millions de dollars.

Dans la même lignée, le bénéfice net a bondi de 20 % à 57,7 millions de dollars (52,25 millions d’euros). Mais, en excluant les éléments non récurrents, il reste stable d'une année sur l'autre, s'établissant à 60,21 millions d'euros en 2019, versus 60,451 millions en 2018, alors que Delta Galil prévoyait en début d'exercice que ce dernier gagne 5 à 12 %.
 
Les bonnes performances de Delta Galil en 2019 sont principalement dues à la croissance de ses deux meilleurs marchés, Israël et l’Europe, ainsi qu’à la progression à deux chiffres enregistrée par ses ventes en ligne. Le groupe a massivement investi dans sa plateforme de e-commerce au cours de l’année.

Faire grandir Eminence au-delà du marché masculin



Cherchant à poursuivre son développement sur Internet, Delta Galil a récemment fait l’acquisition de Brayola, un pure-player spécialisé dans la lingerie. L’entreprise a aussi racheté le groupe de sous-vêtements Bogart, basé à Hong Kong.

Concernant Eminence (Athena, Eminence, Liabel), qu'il a acquis en 2018, le groupe israélien salue sa contribution à la croissance de sa filiale européenne, et à sa croissance globale, faisant état d'initiatives positives comme le début d'une démarche de synergies commerciales entre l'entreprise française et son homologue allemand Schiesser, chacun bénéficiant du réseau de l'autre. Delta Galil dessine également une piste de développement pour Eminence puisqu'il annonce sa volonté de renforcer les positions de ce spécialiste du marché du sous-vêtement masculin sur les segments enfant et femme.
 
"Avec des comptes de résultat solides, nous avons les ressources financières nécessaires pour continuer d’innover et de croître", se réjouit le PDG de Delta Galil, Isaac Dabah, dans un communiqué.
 
Mais malgré l’apparent optimisme d’Isaac Dabah, les prévisions de l’entreprise pour l’année 2020 ont déçu les investisseurs. La raison : l’anticipation d’un impact négatif de l’épidémie de coronavirus.
 
Les pertes causées par la crise sanitaire sont estimées entre 5 et 7 millions de dollars (4,53 et 6,34 millions d’euros) pour le premier semestre. Actuellement, Delta Galil table sur un bénéfice net compris entre 57 et 62 millions de dollars (51,61 et 56,14 millions d’euros) pour l’année entière. Les ventes pour l’exercice fiscal 2020 sont estimées entre 1,74 et 1,77 milliard de dollars (1,58 et 1,60 milliard d’euros), soit une hausse de 3 à 5 % par rapport à 2019.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com