×
Publicités
Publié le
21 févr. 2019
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Demain (DMN) naît des cendres de MDN

Publié le
21 févr. 2019

C’est en 2015 que Pascal Yefet met la main sur Mer du Nord. L’entrepreneur français installé en Belgique reprend au tribunal de commerce la marque de Luc Duchêne, en difficulté depuis quelques années. En 2017, avec sa cousine Dominique Nebbout Chekly (ex-Berenice, Tara Jarmon et Maje) à la direction artistique et deux autres membres de leur famille, Paule et Joanna Yefet, ils relancent la griffe sous l’acronyme MDN (pour Mer du Nord). Malgré leurs efforts pour rajeunir et changer le positionnement de la marque, les quatre acolytes se sentent pénalisés par l’image vieillissante de Mer du Nord dont ils n’arrivent pas à s’affranchir pour séduire de nouveaux consommateurs et distributeurs. Ils décident donc en juillet 2018 de mettre en sommeil MDN et de lancer Demain (DMN).


Une silhouette du printemps-été 2019 - Demain



En septembre 2017, le quatuor ouvrait sa dixième boutique à Paris, 51, rue des Franc-Bourgeois. Une stratégie arrêtée. Les magasins siglés MDN sont tous fermés ou en train de liquider leurs stocks. Au retail classique, les entrepreneurs préfèrent désormais des prises de rendez-vous à l’hôtel Royal Monceau où ils font découvrir leurs collections dans une suite à une clientèle séduite via les réseaux sociaux, Internet et le bouche-à-oreille. Un mode de distribution direct que la griffe positionnée sur le segment du luxe accessible a prévu de reproduire dans les prochains mois à New York, Genève, Londres et Dubaï.
 
La marque, qui vise une cinquantaine de revendeurs pour sa collection automne-hiver 2019/20 et espère même une présence au Bon Marché Rive Gauche dès juillet prochain, propose des séries d’intemporels en éditions limitées.

« Nous ne fonctionnons pas par saisons mais par capsules d’une quinzaine de pièces qui sortent tous les six mois. Une fois les quantités écoulées, nous passons à autre chose. Nous ne faisons pas de compromis sur la qualité, avec un vrai souci du détail, nous cherchons les meilleurs tissus, les meilleures usines », explique Pascal Yefet. Les prix des pièces s'en ressentent : les vestes sont affichées entre 390 et 550 euros, la chemise à 390 euros et les robes entre 380 et 490 euros.

 
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com