×
Publié le
2 juin 2021
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Depuis le 19 mai, l'activité des enseignes de mode a bondi de 50%

Publié le
2 juin 2021

L’Alliance du commerce ne veut pas crier victoire trop vite. Si les enseignes de mode enregistrent en France un rebond plus marqué qu’au sortir du premier confinement l’an dernier, l’organisation professionnelle appelle à la prudence concernant les semaines et mois à venir, tant les pertes cumulées depuis le début d’année sont colossales, et alors que les aides tardent à affluer vers les entreprises de mode.


Le retour des clients dans les boutiques de mode a été notable depuis le 19 mai. - Shutterstock


Le panel Retail Int. pour l’Alliance du commerce a ainsi mesuré que les ventes en magasins des chaînes d’habillement ont reculé de 30,5% en mai 2021, par rapport à mai 2019. Une activité qui se fixe à -25% en y ajoutant les ventes web, qui ont explosé de 240% le mois dernier.

De la réouverture le 19 mai à la fin du mois, une hausse significative d’activité a été observée dans les points de vente, de l’ordre de +51,3% à périmètre constant (comparé à 2019). Les unités situées dans les ZAC et retail parks ont particulièrement bénéficié de ce regain (+60,5%), loin devant les centres commerciaux de périphérie (+49,2%), les commerces de centre-ville (+45,2%) et les centres commerciaux de cœur de ville (+38,3%).

Une jolie reprise qui témoigne "d’un effet de rattrapage partiel de la consommation ainsi que de la volonté des clients de retrouver leurs magasins". Et qui s’avère également plus marquée qu’il y a un an, le chiffre d’affaires en magasins des enseignes en mai 2021 progressant de 12,3% par rapport à mai 2020. Le directeur général de l’Alliance du commerce, Yohann Petiot, espère que "la fin des restrictions d’accueil en magasins au 30 juin, combinée au lancement des soldes d’été, permette de poursuivre cette reprise".

Concernant la fréquentation, celle-ci est évidemment en recul sur le mois entier (-51,6% par rapport à mai 2019), mais le trafic s’affiche en hausse de 11,1% à périmètre constant depuis la réouverture des lieux de shopping (+25% dans les retail parks, +7,2% sur rue, et -16,5% en gare).

Un rebond précaire?


 
Néanmoins, ce chiffre qui paraît encourageant "illustre parfaitement la fragilité de la reprise qui repose principalement sur des achats de rattrapage, mais avec une croissance limitée du trafic en magasins, nuance l’Alliance du commerce. Plus que jamais, les clients qui se sont rendus dans les commerces ont concrétisé leurs achats (croissance de 21% du taux de transformation) avec un panier moyen plus élevé (+12%)".

Surtout, si l’on jette un œil dans le rétroviseur, le bilan des cinq premiers mois de l’année est plutôt inquiétant: les ventes en magasins des enseignes de mode sont en net repli de 42% de janvier à mai 2021 (vs 2019). D’autant que l’organisation déplore un retard important dans le versement des aides et guette toujours le détail du soutien sur le paiement des loyers et des charges locatives.

Aides: l'interminable attente des enseignes


 
"Alors même que certaines entreprises sont éligibles à ces aides (fonds de solidarité et dispositif sur les coûts fixes, ndlr) depuis le mois de février, un très grand nombre d’entre elles n’ont toujours pas reçu de versement, plus d’un mois après le dépôt de leur demande", affirme l’organisation, qui demande au gouvernement d’accélérer la cadence.

Enfin, elle met en lumière un cas particulier, celui des entreprises créées, reprises ou réorganisées depuis 2019 -et elles sont nombreuses dans le secteur textile à avoir changé de propriétaire à la barre du tribunal-, qui sont de fait exclues du dispositif coûts fixes. Alors que ces sociétés "sont le plus souvent dans une situation financière fragile, il est urgent de trouver une solution de soutien pour l’ensemble de ces entreprises".

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com