×
5 787
Fashion Jobs
Publicités

Derhy relance Atelier D comme une marque à part entière

Auteur :
Publié le
today 13 déc. 2018
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Atelier D s’apprête à vivre sa renaissance. La marque, lancée par l’entreprise familiale Derhy en 2015, s’est trouvée une nouvelle styliste. Nommée Colombine Jubert, elle a fait ses classes à la Central Saint Martins College of the Arts et a lancé son propre label, Orphée Studio, en 2016. Son rôle : dynamiser et diriger Atelier D, griffe mise en sourdine pendant près d’un an.
 

La première collection de Colombine Jubert pour Atelier D - Derhy


Arrivée il y a six mois, elle a poursuivi le travail d’Olivia Derhy, petite-fille du fondateur de la société. Celle-ci, restée de 2015 à 2016, était à l’origine du projet Atelier D. Au siège de Derhy, Claudie Fain, actuelle directrice générale de l’entreprise, semble confiante quant à la réussite de la marque : « Nous avons présenté la première collection Atelier D par Colombine Jubert lors du Who’s Next en septembre. Elle a beaucoup été achetée au Japon et en Italie, en tout par une cinquantaine de points de vente. De manière générale, nos clients ont confiance, ils savent que même si c’est une jeune marque, les produits seront livrés à temps dans les magasins ».
 
Pensée pour une clientèle plus jeune que Derhy, Atelier D cible les 25-35 ans. Comme sa grande soeur, la griffe est principalement produite en Inde, mais se distingue par une utilisation plus réduite de la couleur, par des prix plus haut de gamme (compter entre 120 et 150 euros pour une robe, tandis que chez Derhy, ce sera entre 75 et 95 euros) et des produits plus citadins et parisiens.
 

La première collection de Colombine Jubert pour Atelier D - Derhy


Cette soixantaine de pièces arrivera chez les distributeurs début 2019 pour le printemps-été prochain et disposera également d’un compte Instagram mais aussi d’un site Internet propres, complètement autonomes de Derhy. Pour la suite, Claudie Fain envisage tout à fait d’ouvrir une ou plusieurs boutiques Atelier D. En attendant, elle pense organiser des pop-up Atelier D dans les magasins Derhy de façon événementielle.

A ce jour, Derhy compte treize boutiques, réparties entre Paris et la province. « Progressivement, nous lâchons nos emplacements en centres commerciaux, où notre positionnement ne correspond plus à la clientèle », explique Claudie Fain. Pour pallier ces fermetures, Derhy a recruté une ancienne responsable de chez Aigle, Isabelle Guillier, en tant que directrice retail France et Belgique. Sa mission : structurer le réseau de l’entreprise, en ouvrant de nouvelles boutiques. « Il y a de moins en moins de magasins multimarques, qui ferment ou revendent leurs boutiques à des chaînes. Nous voulons nous installer là où nous perdons des distributeurs », précise la directrice générale de Derhy, En plus, la marque a l’intention d’améliorer ses boutiques avec un nouveau concept et une architecture différente afin d’en faire de petits lieux de vie animés par des événements.
 
Pour constituer son chiffre d’affaires, réalisé à 70 % en wholesale, Derhy dispose de près de 800 clients multimarques, dont un quart en France. Ses marchés principaux sont l’Espagne, l’Italie, la Chine et l’Allemagne, et la marque poursuit son développement en Corée du Sud, où elle s’est installée via des corners début 2018. Mais aussi en Suède ou encore en Belgique, où, grâce à son nouveau directeur commercial, Julien Fitoussi, la griffe dispose de corners dans les grands magasins Inno.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com