×
Publicités
Par
AFP
Publié le
26 mars 2012
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Des bijoux en or qui en font voir de toutes les couleurs

Par
AFP
Publié le
26 mars 2012

MEDELLIN (Colombie), 26 mars 2012 (AFP) - Ces bijoux en font voir de toutes les couleurs. Pourtant, ce ne sont ni des rubis, ni des saphirs, ni des émeraudes, mais des pièces intégralement fabriquées en or, coloré grâce à une technique développée en Colombie, grand producteur de ce métal précieux. L'idée, née il y a trois ans dans l'esprit d'un groupe d'ingénieurs de l'Université de la province d'Antoquia à Medellin, où se trouvent les principaux gisements dans le nord-ouest du pays, était d'apporter à l'or une valeur ajoutée.


Pièces en or coloré fabriquées à Medellin, en Colombie. Photo : AFP/Raul Arboleda.

Quelque 56 tonnes de ce métal ont été extraits en 2011 en Colombie, soit une hausse de 4%, dans l'un des principaux producteurs d'Amérique latine, avec le Pérou et le Mexique. Cette même année, ses exportations d'or ont augmenté de 31,4% en valeur pour atteindre 2,8 milliards de dollars, selon les chiffres officiels.

"Nous sommes assis sur une mine et c'est triste de voir de grandes compagnies emporter notre or comme matière première vers d'autres pays, où il est transformé pour revenir ici à un prix élevé", affirme à l'AFP Maria Eugenia Carmona, une des membres de l'équipe scientifique. "Nous sommes convaincus que nous pouvons dans notre propre pays travailler le métal et devenir des exportateurs de nouveaux produits", ajoute-t-elle avec enthousiasme.

Jusqu'à présent, de premières expériences pour créer de l'or "bleu" avaient déjà été tentées en Italie, selon les chercheurs colombiens. Leur technique consiste à soumettre des échantillons d'or de 24 carats mélangés avec 20% d'autres métaux, à un procédé thermique de huit à dix heures dans des fours spéciaux. Après refroidissement, le matériau obtenu, dont la couleur a radicalement changé, est poli afin de prendre l'apparence d'une pierre précieuse, et recouvert d'une résine, puis monté sur une bague, une broche ou un pendentif.

Or bleu ou fuschia

La couleur du nouveau bijou peut s'étendre sur une vaste gamme allant du blanc jusqu'au bleu, en passant par le jaune intense, le vert, le violet, quand il ne prend pas une teinte café ou fuschia. "Il ne s'agit pas de peindre l'or ou de le recouvrir d'un quelconque matériau pour dissimuler ses couleurs traditionnelles qui sont le blanc, le jaune ou le rose", explique Mme Carmona. Grâce à ce procédé, le métal "ne passe pas seulement du rouge au bleu ou au vert, entre autres, mais son prix commercial augmente considérablement", se félicite-t-elle. Selon les promoteurs du projet, la valeur de l'or ainsi transformé pourrait atteindre le quintuple de son prix habituel.

En attendant que le procédé de transformation soit breveté, ces bijoux en or n'ont pas encore été commercialisés, même si certains échantillons ont déjà été présentés dans le commerce.

Eladio Rey, un joaillier réputé du centre de la capitale Bogota, juge pour sa part le résultat final "merveilleux pour son caractère innovant" et promet un avenir brillant au projet développé par l'université colombienne. "C'est indiscutablement attractif pour les commerçants et les acheteurs en raison de la diversité des couleurs, et plus encore, si on leur garantit un métal de grande qualité", affirme-t-il à l'AFP. L'initiative est bonne, car "elle permet des combinaisons avec d'autres pierres précieuses", selon ce professionnel, qui voit aussi un argument de vente dans l'étiquette d'un produit "créé en Colombie".

Par Raul ARBOLEDA et Carlos OSORIO

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.