×
Publié le
23 mars 2021
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Des commerçants du Marais à Paris se réunissent pour alerter sur leurs difficultés

Publié le
23 mars 2021

En début d’année, le Comité Marais Paris a été créé par un groupe de commerçants de ce quartier de la capitale sous l’impulsion de Patrick Aboukrat, gérant de boutiques de mode multimarques. Alors que les points de vente ‘non essentiels’ de cette zone du centre de Paris sont à nouveau fermés depuis samedi en raison d’un nouveau confinement, la jeune association alerte sur les difficultés accrues de ces commerces, confrontés depuis plusieurs années à une baisse de fréquentation.


Rue du Temple à Paris - Google Street View


Outre les effets négatifs sur le trafic en magasin des mouvements sociaux (gilets jaunes, grèves des transports…) depuis deux ans, le Comité pointe aussi les effets selon lui néfastes de la politique de la Ville de Paris en matière d’urbanisme. Et notamment la fermeture aux voitures de la Rue de Rivoli, ou la modification des accès de la place de la Bastille et de la circulation dans la rue de la Verrerie.

Selon Patrick Aboukrat, il serait plus difficile pour les consommateurs de se déplacer dans le Marais pour faire leur shopping, en raison de "l’impact catastrophique des modifications du plan de mobilité imposé sans concertation avec un total mépris des commerces et des artisans. La clientèle des arrondissements périphériques et communes de l’Ile-de-France ne peut plus se rendre dans la capitale en général et plus particulièrement dans le centre", expose-t-il dans une lettre adressée notamment à la FNH.

"La situation est très compliquée pour les détaillants de l’Ile-de-France avec ce dernier confinement", poursuit le commerçant, qui espère que l’État accordera des aides spéciales aux commerces qui ont dû à nouveau baisser le rideau. Il préconise ainsi la mise en place d’un crédit de campagne (plutôt que la prise en charge des stocks ou la pratique de soldes à la réouverture): "Ne dénigrons pas la valeur de ces stocks qui sont le fruit de la sélection de chacun d’entre nous".

Patrick Aboukrat souhaite également que le gouvernement étudie "l’exonération de charges Urssaf", la "prise en charge des loyers durant les mois de fermeture", et évoque la question "des congés payés des salariés en chômage partiel".

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com