×
4 957
Fashion Jobs
Publicités
Par
AFP
Publié le
18 oct. 2022
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Des milliers de personnes dans la rue pour les salaires et le droit de grève

Par
AFP
Publié le
18 oct. 2022

"Si on ne bloque rien, on ne nous entend pas": des milliers de personnes sont descendues dans la rue mardi en France pour la journée de "mobilisation et grève" interprofessionnelle pour une hausse des salaires et contre les réquisitions de grévistes dans les raffineries.


Le dirigeant de la CGT Philippe Martinez, en tête du cortège des manifestants, le 18 octobre 2022 à Paris - AFP



A Paris, le cortège fort de plusieurs milliers de personnes s'est élancé vers 14H15 de la place d'Italie, derrière une banderole appelant à des augmentations et au "respect du droit de grève".

Plaidant pour "un plan Orsec" sur les salaires, le numéro un de la CGT Philippe Martinez a promis qu'il y aurait "des suites" à ce mouvement, estimant qu'il était déjà "plus fort" que lors de la dernière journée d'action du 29 septembre au vu du nombre de champs professionnels appelés à cesser le travail.

A ses côtés, Murielle Guilbert (Solidaires) a pointé un gouvernement "un peu fébrile", estimant comme Benoit Teste (FSU), que le "combat pour les salaires" allait se poursuivre. Frédéric Souillot (FO) a jugé, lui, qu'avec les réquisitions mises en oeuvre par le gouvernement pour faciliter la distribution de carburant, un "palier" avait été franchi.

Parmi les pancartes visibles dans le cortège: "Arrête de nous mettre des patrons dans les roues", "Bruno Le Maire passe nous ton salaire", ou encore "Total ment, Borne est au service des super profiteurs". Près de 150 points de rassemblement étaient prévus en France, selon la CGT, organisatrice de cette journée avec FO, Solidaires, la FSU et les organisations de jeunesse Fidl, MNL, Unef et la Vie lycéenne.

A Marseille, 2.200 personnes ont manifesté selon la police, qui a compté 2.000 participants à Martigues, au bord de l'étang de Berre, coeur de l'industrie pétrochimique dans les Bouches-du-Rhône.

Entre 1.100 (police) et 1.300 (syndicats) ont répondu à l'appel à Strasbourg. Dont Nadine, 45 ans, salariée dans la métallurgie, qui juge "dommage d'en arriver à un point de blocage pour que ça bouge, mais aujourd'hui si on ne bloque rien, on ne nous entend pas".

"Ca va péter"



Ils étaient selon la police 3.650 au Havre, 1.800 à Montpellier, 2.200 à Lyon et 2.700 à Lille, 2.600 à Rennes, où le cortège scandait "Ca ne peut plus durer, ça va péter". Dès le début de matinée, plusieurs lycées étaient bloqués, notamment à Paris. Le ministère de l'Education a annoncé un taux de grévistes de 5,67%, grimpant à 22,94% dans les lycées professionnels mobilisés contre la réforme voulue par le gouvernement.

Dans les transports, la grève était modérément suivie à la RATP. Côté SNCF, malgré des perturbations en région parisienne, il n'y avait pas de problèmes majeurs sur le réseau.


Rassemblement des salairés et syndicalistes du rail, le 18 octobre 2022 à Paris - AFP



Interrogé sur une éventuelle poursuite de la grève à la SNCF à l'approche des vacances de la Toussaint, Philippe Martinez a déclaré sur RTL: "Ce sont les salariés en grève qui décideront. Comme chez TotalEnergies".
Les cheminots "sont déterminés", a affirmé sur Twitter le secrétaire général de la CGT-Cheminots, Laurent Brun, pour qui la "tendance" est à la poursuite du mouvement. Mais à la RATP, il ne devrait pas être reconduit mercredi, selon Bertrand Hammache (CGT).

Quarante-huit heures après la "Marche contre la vie chère", le leader de LFI Jean-Luc Mélenchon est venu en soutien dans une AG de cheminots, Gare de Lyon. "On est dans un moment où toutes les composantes du peuple français (...) doivent faire bloc et former ce front populaire face au gouvernement qui, lui, ne recule devant à peu près rien et qui oppose des 49.3 à répétition", a-t-il déclaré.

Dans l'industrie pétrolière, d'où est parti le conflit fin septembre, la CGT décidera mardi soir de la suite du mouvement chez TotalEnergies, dans les équipes de raffinage et/ou de dépôt de carburants.

La Première ministre Elisabeth Borne a fait état mardi d'une "amélioration sensible" avec moins de 25% des stations service désormais privées de carburant, au lieu d'un tiers, lors de la séance des questions au gouvernement à l'Assemblée.
Quelque 400 personnes se sont réunies devant la centrale de Gravelines (Nord), plus grande centrale nucléaire française, tandis que la centrale à charbon de Cordemais (Loire-Atlantique) était aussi en grève.

La précédente journée de mobilisation interprofessionnelle, le 29 septembre, avait rassemblé 118.500 personnes dont 13.500 à Paris selon la police (250.000 et 40.000 selon les organisateurs). Outre le sujet des salaires et des réquisitions de grévistes, d'autres ingrédients attisent la colère sociale.

Ce sont la perspective d'un 49.3 - "probablement" mercredi, selon le porte-parole du gouvernement Olivier Véran - pour faire adopter le budget à l'Assemblée, le durcissement à venir des règles d'indemnisation des chômeurs ou encore la réforme des retraites attendue pour la fin de l'année

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Tags :
Industrie