×
Publicités
Publié le
17 mars 2015
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Des showrooms nationaux plutôt contents de la fashion week parisienne

Publié le
17 mars 2015

Durant la fashion week parisienne, on retient surtout les salons type ceux des Tuileries, Tranoï ou Woman par exemple. Mais il y a aussi les showrooms et notamment les showrooms nationaux. Comment ceux que représente Muriel Piaser ont vécu cette fashion week de début mars ? Ils étaient trois :  Berlin Showroom, AFA Showroom pour les Autrichiens et New Couture avec des créateurs d’Europe de l’Est. Muriel Piaser pilotait aussi la présence de la Singapour Textile Association qui comptait à la fois des marques à Tranoï et aux Tuileries.

Le Berlin Showroom

Pour cette spécialiste des salons, la semaine de la mode fut certes peut-être plus calme qu’à l’habitude. Ce qui ne veut pas dire que les showrooms nationaux n’ont pas été satisfaits. « Berlin Showroom était plutôt content, explique-t-elle. Il est vrai que cela fait déjà plusieurs fois que la manifestation se tient à Paris. En plus, elle se situait à l’espace Modem et a bénéficié du flux du salon Woman voisin. Peut-être que c’était plus calme pour le showroom autrichien installé dans le Marais. Mais c’était aussi la première fois qu’il était organisé à Paris ». Les marques de Singapour étaient elles tributaires évidemment de la fréquentation des salons dans lesquels elles s’inséraient.
 
Pour Muriel Piaser, les créateurs installés dans ces showrooms n’ont toutefois pas les mêmes attentes que les marques présentes avec des stands dans les salons. « S’ils souhaitent vendre, évidemment, ils sont aussi là pour se faire connaître. Pour elles, Paris est la place to be pour cela même si, par exemple, pour la première fois, Berlin Showroom s’est tenu à New York. »

Muriel Piaser admet certes que la présence à Paris au moment de la fashion week peut apparaître trop tardive eu égard au budget déjà dépensé par les acheteurs. « Mais c’est à ce moment-là aussi que les plus gros acheteurs sont à Paris ». La discussion a bien porté auprès de certains sur une présence au moment des pré-collections. « Mais ces designers ne se sont pas prêts pour cette période. »
 
Pour être plus visibles, Muriel Piaser vise un objectif : les regrouper dans un même lieu, proche d’un salon existant à forte notoriété par exemple. Des discussions sont en cours.  

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com