×
Publicités
Traduit par
Clémentine Martin
Publié le
27 oct. 2021
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Desigual lance son propre accélérateur de start-up

Traduit par
Clémentine Martin
Publié le
27 oct. 2021

Plus de 150 start-up originaires de 25 pays ont répondu à l’appel de Desigual. Censé renforcer les synergies entre les différents acteurs, le programme de l’entreprise espagnole a été lancé en juillet. Intitulé Awesome Lab, il a bénéficié d’un investissement d’un million d’euros. Desigual est d’ailleurs la première entreprise espagnole de mode à lancer son propre programme d’accélération, misant sur la collaboration pour encourager la créativité et l’innovation. Trois mois seulement après l’ouverture des candidatures, la griffe a finalement retenu sept entreprises, qui ont été dévoilées lors d’un événement avec son partenaire Plug and Play le 21 octobre dernier.


Thomas Meyer, le fondateur de Desigual - Desigual


"Nous voulons monter un programme fondé sur l’ouverture, qui permette à l’une de nos ambitions de se réaliser: faire de la collaboration l’outil qui nous différencie de la concurrence", révèle Thomas Meyer, le fondateur de l’entreprise. Il s’est chargé lui-même d’ouvrir la présentation, alors qu’il est pourtant rare de le voir s’exprimer en public. "Nous voulons créer un modèle d’activité plus ouvert, capable de se rapprocher des start-up à des étapes précoces de leur développement et d’intégrer leurs solutions aux nôtres. C’est un pari qui va nous permettre de continuer à nous transformer dans la nouvelle étape de croissance que nous entamons. La collaboration, c’est l’avenir", affirme le dirigeant. Il est fier de ce projet, qui place "l’innovation ouverte au centre de la stratégie, jouant le rôle de plateforme d’échange de tendances, d’idées et de créativité".

L’événement de présentation s’est tenu au siège de Desigual, à quelques pas de la plage de La Barceloneta, où les salariés ne travaillent plus que quatre jours par semaine depuis quelques jours. Javier Fernández, le responsable de l’innovation chez Desigual, va prendre les commandes de l’accélérateur "fashtech". "Cette expérience nous force à nous ouvrir à de nouveaux modèles de travail, à changer de mentalité et à trouver des façons de collaborer qui nous mettent en contact avec des talents extérieurs à l’organisation", explique-t-il. Selon lui, "l’idée de générer des liens avec d’autres acteurs du système et d’encourager une culture de l’innovation dans l’entreprise" est essentielle.

C’est pourquoi l’entreprise dirigée par Alberto Ojinaga a tenté d’identifier "les principaux défis stratégiques à relever" pour sélectionner les propositions les plus adaptées, en fonction de critères comme "le potentiel sur le marché et le niveau d’innovation", révèle Javier Fernández. Les sept projets retenus par la direction de l’entreprise, le département innovation, Plug and Play et des professionnels de plusieurs secteurs pourront dès maintenant profiter d’avantages comme l’accès aux bureaux de Desigual, à du matériel, à des contacts intéressants et même à un réseau de fournisseurs et de services logistiques. Au cours des neuf prochains mois, ils développeront des preuves de concept et présenteront leurs start-up lors d’un "DemoDay" auquel seront invitées des entreprises de l’industrie du capital-risque comme des fonds d’investissement ou des business angels.


Desigual


"Nous ne recherchons pas l’exclusivité, mais la liberté", pointe Javier Fernández à FashionNetwork.com. Desigual n’écarte pas la possibilité de collaborer plus étroitement avec certaines start-up voire d’investir dans certaines solutions, mais le programme est complètement indépendant. L’objectif: encourager les avancées globales dans le secteur. "Nous ne voulons pas entraver la croissance des start-ups incubées, nous poursuivons un objectif de succès", poursuit cet expert de l’innovation. Même si le programme se déroule en principe suivant un format annuel, les candidatures ne sont jamais fermées. "Nous sommes susceptibles de continuer à être en contact et à intégrer des start-up au cours du programme", assure Javier Fernández. Le projet se veut innovant et dynamique.

Et les projets sélectionnés sont très diversifiés. L’entreprise britannique Vestico associe l’intelligence artificielle et le contenu généré par les utilisateurs, afin d’essayer virtuellement des pièces avant de les acheter. Sa compatriote, Personify XP, identifie automatiquement les préférences des visiteurs de sites de e-commerce et leur montre des contenus adaptés, sélectionnés grâce à l’intelligence artificielle. De son côté, l’entreprise originaire de Boston Syrup Tech optimise l’inventaire grâce à un moteur "machine-learning". La belge Resortecs simplifie le recyclage grâce à sa solution automatique de désassemblage de vêtements à grande échelle, tandis que l’allemande Exonode propose un algorithme destiné à minimiser le taux de retours. La new-yorkaise SXD, de son côté, optimise les pièces dès le début du processus, réduisant les coûts et le gaspillage de tissu.

Quant à Swearit, elle est la seule start-up sélectionnée d’origine espagnole. Inspirée d’Uber, elle compte déjà 186 clients du secteur alimentaire dans son portefeuille et emploie 12 personnes. La société affirme vouloir "transformer la traçabilité en transparence" à l’aide d’informations vérifiées par la technologie de la blockchain et présentées aux consommateurs via un QR code. "Nous voulons être une plateforme unique centrée sur la transparence, qui facilite les choses et la compréhension de la part du consommateur. Desigual est une référence, et avec l’aide de nos mentors, nous voulons répliquer notre modèle et l’adapter à l’industrie de la mode", explique le PDG de la start-up, Miguel Díaz Escorihuela.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com