×
6 521
Fashion Jobs
UPTOO
Attaché Commercial H/F – Lunetterie de Luxe
CDI · LILLE
UPTOO
Responsable Commercial H/F – Lunetterie de Luxe
CDI · NANCY
CITY ONE
Juriste - Chargé RH H/F
CDI · PARIS
CITY ONE
Ingénieur Commercial en Prestation de Services H/F
CDI · PARIS
CLEOR
Responsable Visuel Merchandiseur H/F
CDI · ÉVREUX
GALERIES LAFAYETTE
Responsable Ressources Humaines H/F
CDI · MONTPELLIER
GALERIES LAFAYETTE
Responsable Ressources Humaines H/F
CDI · CLERMONT-FERRAND
GALERIES LAFAYETTE
Responsable Ressources Humaines H/F
CDI · NANTES
BALZAC PARIS
Responsable Des Ressources Humaines CDI H/F
CDI · PARIS
CAMAÏEU
Data Scientist H/F
CDI · ROUBAIX
LOVISA
Directeur(Trice) Régional(e) (Regional Manager)| Région Parisienne
CDI · PARIS
MONOPRIX
Adjoint Chef de Produit Linge de Maison Mercerie f/h
CDI · CLICHY
PLACE DES TENDANCES
Coordinateur CRM H/F
CDI · PANTIN
UPTOO
Responsable Commercial H/F – Lunetterie de Luxe
CDI · AUXERRE
UPTOO
Responsable Commercial H/F – Lunetterie de Luxe
CDI · LE MANS
UPTOO
Responsable Commercial H/F – Lunetterie de Luxe
CDI · RENNES
PACO RABANNE MODE
Responsable Des Relations Publiques, Vip et Influence Internationales - f/h
CDI · PARIS
NAF NAF
Contrôleur de Gestion Senior - f/h
CDI · ASNIÈRES-SUR-SEINE
C MENDES
Saint Laurent Responsable Service Coupe H/F
CDI · ANGERS
TAPE À L'OEIL
Chef de Produit Marques Externes (H/F)
CDI · WASQUEHAL
AMERICAN VINTAGE
Chef de Projets Animation Commerciale Digitale (H/F)
CDI · SIGNES
PARFOIS
Directeur(Trice) Régional(e) - Sud Est H/F
CDI · LYON
Publicités
Traduit par
Clémentine Martin
Publié le
9 sept. 2021
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Desigual va proposer la semaine de quatre jours à ses employés

Traduit par
Clémentine Martin
Publié le
9 sept. 2021

Moins de jours de travail pour de meilleurs résultats. C’est l’objectif que vise Desigual à travers son nouveau projet: proposer la semaine de quatre jours à tous les salariés de son siège social de Barcelone, qui auront même la possibilité de venir travailler au bureau trois jours par semaine et de télétravailler le jour restant. L’entreprise soumettra son idée au vote le 7 octobre prochain. Si 66% des travailleurs se déclarent en faveur de ce changement, la société fera partie des pionnières du secteur qui osent mettre en pratique de nouveaux modèles de travail basés sur la concertation.


Le siège de Desigual à Barcelone - Desigual


Durant ces derniers mois marqués par la pandémie, la mode a connu de profonds bouleversements et les projets qui dormaient dans les cartons ont soudain vu le jour. Et Desigual compte bien saisir cette occasion pour en tirer des enseignements qui renforceront sa culture d’entreprise. "Le Covid-19 nous a appris à devenir plus efficaces en donnant la priorité aux choses les plus importantes. La crise sanitaire nous a montré que le télétravail est bien plus simple à mettre en œuvre que ce nous pensions", rappelle le directeur général de l’entreprise, Alberto Ojinaga, interviewé par FashionNetwork.com. Des conditions propices à l’évolution des modes de travail, alors que la semaine de quatre jours fait débat dans la société espagnole. Desigual, pour sa part, a décidé de se jeter à l’eau.

"Nous avons toujours été une entreprise innovante, optimiste et disruptive. C’est pourquoi nous avons décidé de ne pas nous limiter à proposer une simple solution de télétravail. C’est une évolution en lien avec notre esprit d’entreprise. Nous voulons que l’environnement de travail chez Desigual soit le plus agréable possible", affirme-t-il avec conviction. Il souhaite que les travailleurs puissent "s’épanouir professionnellement en arrivant à mieux concilier vie professionnelle et vie privée et en profitant de ce qu’ils font".

Passage de 39,5 à 34,5 heures de travail par semaine



C’est pourquoi l’entreprise catalane a mis sur la table un modèle d’organisation innovant pour son siège, situé à quelques mètres de la plage de La Barceloneta. Ce changement affectera 502 employés au total (à l’exception des équipes commerciales et logistiques). La nouvelle semaine serait travaillée du lundi au jeudi, avec une journée de télétravail par semaine et un jour de repos le vendredi. Présentée par Thomas Meyer mercredi 8 septembre, cette initiative aurait aussi pour conséquence de réduire la semaine de travail de cinq heures, passant de 39,5 à 34,5 heures. C’est là que le bât pourrait blesser: les salaires devraient logiquement être réduits de 13%, au prorata des heures déduites. Mais l’entreprise s’est engagée à prendre en charge 50% de cet "effort" et ne baissera donc les salaires que de 6,5%. Après une période de test et d’analyse durant les trois prochaines semaines, le projet sera validé s’il génère l’adhésion de plus des deux tiers des employés lors du vote qui aura lieu le 7 octobre.


Alberto Ojinaga, le directeur général de Desigual - Desigual


"Nous savons que c’est une proposition très audacieuse qui peut créer de l’incertitude", reconnaît Coral Alcaraz la directrice des ressources humaines de l’entreprise. Au cours des derniers mois, il a beaucoup échangé avec des entreprises technologiques qui ont déjà mis en pratique des organisations similaires. "Nous voulons proposer un environnement où le bien-être et la santé sont au centre, ce qui devrait motiver nos employés et attirer les nouvelles générations", espère-t-elle.

"Nous pensons que cette décision va nous faire gagner en compétitivité, car nous avons déjà un vivier de talents dans l’entreprise et nous allons maintenant en attirer de nouveaux", ajoute Alberto Ojinaga. Selon lui, les entreprises doivent savoir s’adapter aux temps qui courent pour rester "attractives". La culture d’entreprise de la marque se base sur la concertation, la santé et le bien-être, la responsabilité environnementale et sociale, l’égalité et l’esprit décalé de Desigual.

"Le travail présentiel restera important parce qu’il encourage les échanges et la créativité tout en renforçant la culture d’entreprise", rappelle le directeur général. Les deux modèles seront donc complémentaires. Après un exercice 2020 difficile avec des chiffres dans le rouge et une chute du chiffre d’affaires de 38,8 % à 360 millions d’euros, le "retour à la normalité" s’annonce bien parti pour l’entreprise, avec un retour aux "résultats positifs" et un modèle de travail innovant. "Au final, ce que nous voulons, c’est que nos employés soient plus heureux", insiste Alberto Ojinaga. Il se dit "particulièrement fier" de cette proposition.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com