Détaxe : quelles conséquences pour la fin du seuil de 175 euros ?

Les touristes ne peuvent prétendre en France à la détaxe de leurs achats qu’à partir de 175 euros. Le comité interministériel au Tourisme se réunira au mois de mars pour préparer un abaissement du seuil. Si l’objectif est de rendre la France plus attractive aux shoppers étrangers, la hausse attendue des demandes de détaxe sur des paniers inférieurs va mettre à l’épreuve les dispositifs en place.


Si la France remet en question le seuil de 175 euros, l'Espagne a quant à elle supprimé tout seuil minium pour la détaxe - Shutterstock

« Si vous ajoutez au secteur de la détaxe un million de bordereaux émis post-Brexit par des touristes britanniques, plus un million d’autres amenés par l’abaissement du seuil, cela va poser un gros défi à la fois aux douanes et aux commerces », explique Yan Mortreux, directeur France du spécialiste de la détaxe Global Blue. « Cela va changer le paysage du marché. Tant en termes de secteur d’activité, avec sans doute un nombre accru de détaxes sur les cosmétiques, qu’en termes de répartition des dépenses sur le territoire, avec des nationalités qui vont se faire plus importantes du côté des demandes. »

Le professionnel donne en exemple l’Espagne, qui a récemment purement et simplement supprimé tout seuil plancher donnant accès à la détaxe. Si bien que, alors que l’ensemble de l’Europe connaissait en fin d’année un recul des achats détaxés, l’Espagne connaissait une hausse de 55 % des achats détaxés pour le seul mois de décembre.

Pour l’heure, aucun montant n’a été officialisé pour le futur seuil tricolore, bien que les professionnels évoquent des chiffres comme 75 ou 100 euros. Au-delà des bénéfices pour l’attractivité, l’inquiétude des autorités concernant la capacité des douanes à absorber le flux des bordereaux était déjà, en février 2017, pointée par Bercy, qui appelait à trouver une solution ne remettant pas en cause l’outil en place.

« L’abaissement du seuil susciterait un accroissement de 150 millions d’euros de l'assiette des achats éligibles à la détaxe (à comparer aux 7,2 milliards de ventes en détaxe réalisés en 2015 en France). Sur cette base, la perte de TVA pour l'État peut être estimée à 25 millions d'euros », indique Bercy dans une analyse adressée l’an passé au Sénat. Le ministère pointe par ailleurs le danger d’un effet d’aubaine, qui ferait profiter de la baisse du seuil des achats qui seraient de toute manière intervenus. Était également rappelé que le seuil de 175 euros permet aux commerçants de renforcer leurs paniers à seule fin de franchir le seuil.

« Je ne veux pas trop en dire, mais une étude sortira bientôt, montrant que la perte de TVA occasionnée sera largement compensée par la hausse du PIB induite par l’abaissement du seuil », indique de son côté Yan Mortreux, pour qui l’industrie, les commerces et les douanes seront quoiqu’il arrive amenés à modifier en profondeur leurs dispositifs.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

TourismeMode - DiversLuxe - DiversBeauté - DiversBusiness
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER