×
Publicités
Publié le
30 sept. 2019
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Devernois, en restructuration, réduit encore la voilure

Publié le
30 sept. 2019

Pour tenter de sortir la tête de l’eau, Devernois enchaîne les fermetures de magasins non rentables. Installée près de Roanne, la marque-enseigne de prêt-à-porter féminin a établi fin 2018 un plan de restructuration tentant d’assurer sa pérennité : treize boutiques à l’enseigne ont baissé le rideau depuis le début d’année, et vingt fermetures ou cessions d’emplacements sont désormais prévues d’ici la fin d’année 2019.


Devernois revendique 80 % de pièces maille tricotées en France, dans son atelier roannais. - Devernois / collection automne-hiver 19/20


A horizon fin 2020, Devernois indique qu’elle s’attend à exploiter 80 points de vente (contre 110 début 2018) et générer un chiffre d’affaires annuel de 25 millions d’euros (contre 29,3 millions à fin 2018). Le tout assorti d’un retour à l’équilibre progressif du résultat opérationnel - avant résultat des activités non maintenues - dès l’an prochain.

Une mission confiée par la société familiale fondée en 1927 par Claudius Devernois à un spécialiste du retournement d’entreprises en difficulté, Eric Foucault (cabinet Prosphères). Ce dernier a pris fin 2018 la présidence d’une entreprise qui a vu ses pertes s’aggraver l’an dernier, passant de 2,3 millions d’euros à 7,5 millions d’euros.

Le plan de rationalisation mis en place, qui inclut le repositionnement des collections en s’appuyant sur un savoir-faire historique autour du tricot, doit être financé par la cession de certains droits au bail. Or, « afin de ne pas être tributaire des aléas relatifs aux délais de réalisation de ces cessions », le groupe Devernois annonce avoir négocié avec la Banque Themis « un prêt court terme d'un montant de deux millions d'euros dont la maturité est fixée le 31 décembre 2019 ». Le tribunal de commerce de Roanne a homologué cette procédure le 11 septembre.

Sur le premier semestre de son exercice 2019, Devernois a enregistré une chute de 11,7 % de ses ventes, qui ont atteint 11,3 millions d’euros. « Les conditions météorologiques avec une intersaison très froide et une canicule en Europe sur la première semaine des soldes ont pesé sur le chiffre d’affaires », a commenté l’entreprise qui réalise 89 % de son activité via son réseau retail à l’enseigne. Elle anticipe pour le second semestre 2019 un nouveau repli de l’ordre de -11 à -16 %.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com