Dim : les syndicats claquent la porte d'une réunion avec la direction à Autun

DIJON, 18 nov 2005 (AFP) - Les représentants syndicaux de Dim, que le groupe Sara Lee va revendre à un fonds de pension américain, ont claqué la porte d'une réunion jeudi à Autun (Saône-et-Loire) avec la direction, qui refusait de répondre à leurs questions sur le volet social, a-t-on appris vendredi de source syndicale.

Collection Automn-Hiver Dim "Just play/Je joue"

"Cette réunion portait notamment sur l'intéressement et la protection sociale des salariés. Nous nous sommes vus répondre que tout était suspendu dans l'attente des décisions du repreneur, Sun Capital Partners", a expliqué Geneviève Brochot, déléguée CFDT (majoritaire).

"Pour la première fois, le directeur des ressources humaines a parlé clairement de politique de réduction des coûts et de restructurations. Tout cela pour nous faire accepter une dégradation des conditions sociales. Nous avons claqué la porte", a-t-elle poursuivi.

Les syndicats du site historique d'Autun, qui compte 1.300 salariés, avaient exprimé à plusieurs reprises leur inquiétude quant à un possible rachat de Dim par Sun Capital Partners. Le groupe américain de grande consommation Sara Lee a finalement annoncé lundi la cession de ses activités de textile en Europe

"Les braderies ont commencé: c'est dix fois moins que ce que la direction espérait", a estimé Joël Gallice, délégué CGT, en parlant de "casse programmée".

"Quelque 8.000 à 9.000 emplois répartis dans cinq pays européens sont concernés.Nous ne voulons pas bloquer la transaction mais ferons tout pour obtenir des éclaircissements sur le contenu industriel et social du projet de reprise", a expliqué Alain Germain, secrétaire du comité d'entreprise européen de la branche textile de Sara Lee.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

LingerieNominations
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER