×

Dim multiplie les lancements, à commencer par une collab avec Agnès b.

Publié le
27 janv. 2020
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Avec pour stratégie de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier, Dim conserve son équilibre. Et même un peu mieux. L'année 2019 aurait été une bonne année pour la marque française appartenant au groupe américain Hanesbrands, qui n'a pas encore publié ses chiffres annuels. Dim serait ainsi parvenu à dégager de la croissance sur l'exercice, ce notamment grâce à l'embellie du chaussant, et spécialement du collant sur la saison automne-hiver 2019 qui vient de s'achever, là où le sous-vêtement est un segment qui s'est un peu contracté, à l'image semble-t-il de l'ensemble du secteur.


Dim x Agnès B


Pour dynamiser la catégorie des dessous, Dim commence l'année avec le lancement de sa collaboration avec la créatrice Agnès b. Fin janvier sortira une capsule signée par la designer parisienne - la seconde avec Dim, après une première en 2011 -, cette fois mixte. Une vingtaine de modèles s'alignent dans cette collection qui se veut la réunion des points communs des deux marques : "simplicité, quotidien et intemporalité".

La collection comprend ainsi trois ensembles soutiens-gorge et culottes de la gamme "soft touch" de Dim, avec les motifs créés pour l'occasion, pois rouges et noirs, mais aussi alphabet reprenant les lettres d'Agnès b. Des imprimés que l'on retrouve aussi sur des caleçons masculins. Les sous-vêtements basiques, boxers pour l'homme et pockets pour la femme se font rayés, ou en coloris pep's à message pour cette dernière, qui se voit également proposer une gamme de collants et bas résille ornés de l'étoile chère à la créatrice.

Contrairement à la dernière collaboration en date avec Ba&sh sur le collant, cette collection Agnès b. ne sera vendue que dans le circuit sélectif (comme les boutiques Dim, la boutique en ligne ou les grands magasins), et pas en grande distribution, plus gros canal de vente de la marque d'Hanesbrands.

"Dim continue à gagner des parts de marché", déclare Sonia Mancy, directrice marketing de Dim, "nous sommes en tête de toutes nos catégories en parts de marché en France", avance-t-elle. Déjà devant sur le sous-vêtement, à 9,6 % de parts de marché en valeur dans l'Hexagone, très en avance sur le collant avec 49 % de parts de marché en GMS, "et depuis cette année également numéro 1 sur la chaussette, en passant devant Bleu Forêt", ajoute la responsable. C'est sur le collant que Dim a donc enregistré une croissance en chiffre d'affaires en 2019, grâce à deux facteurs combinés : un courant mode et une météo favorables.


Dim x Agnès B


Des chiffres 2019 qui valident le travail d'extension des gammes des dernières années, avec des lancements comme Dim Sport en 2018 - pour laquelle Laure Manaudou a à nouveau signé comme ambassadrice et sera rejointe par le handballeur français Nikola Karabatic cette année - mais aussi de nombreux nouveaux produits "solution" spécifiques. Après la gamme Invisifree, une lingerie invisible et sans armatures, il y a un peu moins d'un an, Dim avait également lancé un premier collant "cosmétique" aux vertus hydratantes. Une piste validée avec la sortie prochaine d'une seconde gamme encapsulée, cette fois "raffermissante".

Depuis quelques semaines est également apparue en rayons une première gamme de collants de contention, dont la vocation est de s'imposer comme un produit du quotidien et non médical, pour casser les tabous autour de ce type de produit. A ainsi été choisie la grande distribution comme premier canal de vente, qui se veut bien plus accessible en prix que les produits prescrits (de 6 à 15 euros environ).


Dim x Agnès b.


"Cette ligne a rapidement rencontré son public, affirme Fabienne Mallat, directrice de la communication de Dim. Elle va vite être agrandie, en plus d'être testée en pharmacies". La gamme qui vise les femmes qui travaillent debout toute la journée a vite attiré l'œil d'un autre public : les hommes. Pour alléger leurs jambes également, en réponse à une demande parvenue à Dim, des bas et chaussettes masculines devraient rejoindre cette gamme contention.

Autre lancement de fin 2019 qui doit prendre de l'ampleur en 2020 : le collant Green Eco Smart issu de fibres de nylon recyclées et recyclables, qui va bientôt voir sa gamme élargie, annonce la marque.

Enfin, en ce début d'année, deux autres nouveautés : la première incursion sur le segment bébé, seul de la famille que Dim n'occupait pas encore, avec des combinaisons pyjamas qui vont démarrer leur vie en points de vente en février, mais aussi une nouvelle gamme de dessous pour millennials, baptisée Des hauts et des bas. Au programme : des ensembles brassières-culottes à mixer et matcher en différents coloris, dans un esprit sport et confort inspiré de la sensation du collant sur la peau.

La marque est donc sur tous les fronts et toutes les catégories d'âges et de besoins pour garder sa place de leader en 2020, année au cours de laquelle la société profitera de nouveau, comme en 2019, de la relance européenne de la marque phare du groupe américain Hanesbrands : Champion. La maison-mère française de Dim, qui comprend également le label Playtex, a en effet démarré en 2019 une activité en marque blanche pour développer le sous-vêtement pour Champion sur le marché européen.

 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com