×
Publicités
Par
Reuters
Publié le
11 juin 2015
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Diminution drastique de la superficie cultivée du coton en Inde

Par
Reuters
Publié le
11 juin 2015

La superficie cultivée du coton en Inde pourrait connaître une de ses baisses les plus importantes depuis plus de dix ans. En effet, la chute des prix et une sécheresse redoutée incitent les agriculteurs à passer à la culture de légumineuses dans l’espoir de meilleurs rendements, a déclaré le représentant d’un organisme professionnel.

Un fléchissement de la production en Inde, second exportateur de coton au monde après les États-Unis, devrait faciliter la reprise des cours de référence mondiaux qui ont augmenté de 13 % à partir de la valeur la plus basse en cinq ans, tombée à 57,05 centimes par livre en janvier. En Inde, en revanche, les prix du coton stagnent.



Ils sont tombés en dessous des cours fixés par l’Etat après que la Chine, le plus gros acheteur, a ralenti ses importations en 2014, pour aider ses propres producteurs. D’autre part, les prix des légumineuses ont progressé de plus d’un tiers en six mois, en raison d’une production limitée l’année dernière par de faibles pluies.

"Compte tenu du meilleur rendement d’autres récoltes, la superficie cultivée du coton pourrait diminuer de 7 %", annonçait Dhiren Sheth, président de la Cotton Association of India (CAI). Ce sera la plus forte réduction depuis 2002-03.

Les prévisions de la première sécheresse en Inde depuis 2009 incitent les agriculteurs à changer de type de culture.

"Le coton ne rapporte pas assez. Et s’il ne pleut pas suffisamment, je perds encore plus", affirmait Ashish Pawar, un producteur de coton dans l’État indien du Maharashtra, qui envisage aussi de diversifier sa production.

Le passage à la culture des légumineuses, base de l’alimentation en Inde, permettra au premier ministre Narendra Modi de maintenir les prix des aliments malgré une année où les précipitations de la mousson s’annoncent faibles.

"Avec une reprise récente des prix du soja, les agriculteurs pourraient aussi planter du soja au coût du coton", a déclaré Dinesh Shahra, directeur général de Ruchi Soya Industries Ltd.
 
Cela empiéterait davantage sur la superficie du coton, qui avait atteint un niveau record de 13 millions d’hectares la saison précédente, lorsque l’Inde a produit 39 millions de balles.

Le gouvernement s’attend à une chute de 41 % au cours de l’année de commercialisation qui se termine en septembre, à 7 millions de balles, le plus bas niveau depuis 2008-09.

"De nombreux agriculteurs n’ont pas les moyens d’acheter des graines de coton et rien n’indique une reprise de la demande en provenance de Chine,", a fait savoir un exportateur de coton du Gujarat. "Alors, évidemment, les agriculteurs vont passer à d’autres cultures et l’excédent des exportations diminuera."

La perspective morose se reflète dans la valeur des actions des producteurs de graines de coton, Kaveri Seed Co et Monsanto Inde, tombée de 6 % et 9 % respectivement ce mois.

© Thomson Reuters 2021 All rights reserved.