×
Publicités

Dinh Van s’apprête à ouvrir ses premières boutiques en Chine

Publié le
today 13 mai 2019
Temps de lecture
access_time 2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

D’ici la fin de l’année 2019, Dinh Van comptera trois boutiques en Chine, à Pékin, Shanghai et Hangzhou. Ces ouvertures, les premières dans l’empire du Milieu pour la maison joaillière, s’inscrivent dans le cadre d’une alliance avec un partenaire chinois qui prévoit l’inauguration d’une dizaine de magasins Dinh Van au cours des cinq prochaines années.


Façade de la boutique Dinh Van du Marais - Dinh Van


Les Etats-Unis constituent également un marché prioritaire pour Dinh Van. La marque, qui y est actuellement présente via une quinzaine de points de vente, entrera en juin prochain dans les Bloomingdales américains. « En France, les Américains sont notre première clientèle étrangère. Le minimalisme de nos bijoux leur parle », détaille Thierry Vasseur, le directeur général adjoint de Dinh Van.

Dans ce développement, la France, qui représente la majorité des 35 millions d’euros de chiffre d’affaires de la maison, n’est pas en reste. Dinh Van, qui dans l’Hexagone compte 13 boutiques (12 en propre) en plus de ses corners en grands magasins, a ainsi ouvert début avril les portes de sa quatrième boutique parisienne dans le Marais. La griffe y a investi un espace de 60 mètres carrés, précédemment occupé par Eleven Paris, situé à l’angle de la rue des Rosiers et de la rue Vieille-du-Temple.


A l'intérieur de la boutique Dinh Van du Marais - Dinh Van


Cette boutique arbore les codes du nouveau concept boutique de Dinh Van, que la marque déploiera prochainement dans sa boutique historique de la rue de la Paix. Conçu par l’architecte Günther Domenig, du cabinet XLGD, le lieu, très épuré, conserve la pierre de taille et le puits d’origine qui sont associés à des caissons graphiques en chêne.

C’est en 1965 que Jean Dinh Van, ex-Cartier, a fondé Dinh Van, avec l’envie de moderniser la joaillerie traditionnelle. La marque propose ainsi des pièces assez minimalistes à porter tous les jours, son best-seller étant la ligne Menottes lancée en 1976, des bijoux dont le fermoir sont des menottes attachées l’une à l’autre.

En plus des traditionnels revendeurs de la bijouterie, Dinh Van, qui compte également six boutiques à l’international (Belgique, Suisse notamment) et est également implantée dans les grands magasins à l’étranger, a été revendue en 1998 à un groupe d’investisseurs privés.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com