×
Publicités
Traduit par
Clémentine Martin
Publié le
14 avr. 2021
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Dolce & Gabbana accusé de plagiat par le fabricant de céramique Sargadelos

Traduit par
Clémentine Martin
Publié le
14 avr. 2021

Une fois de plus, Dolce & Gabbana suscite la polémique. Mais cette fois-ci, rien à voir avec la communauté asiatique ou les liens de la maison avec certains leaders d’opinion sur les réseaux sociaux. Ce sont les vêtements de sa collection masculine printemps/été 2021, présentée en juillet dernier, qui sont accusés par le fabricant espagnol de céramique Sargadelos de plagier certains de ses modèles. D’après ce dernier, les imprimés de la griffe fondée par Domenico Dolce et Stefano Gabbana ne seraient qu’une "scandaleuse copie" de ses propres motifs géométriques.


Motif Monférico de Sargadelos - Sargadelos / FNW


Sargadelos est une référence de la céramique et de la tradition espagnole. "Le principal patrimoine de Sargadelos sont ses motifs. Et la ressemblance avec les imprimés de Dolce & Gabbana est complètement exagérée", s’insurge un représentant de l’entreprise interviewé par FashionNetwork.com. C’est le journal La Voz de Galicia qui s’est fait l’écho de cette controverse le 11 avril. D’après les informations publiées par le média local, des responsables de l’entreprise de céramique ont contacté la marque italienne en février dernier pour lui demander de retirer certains vêtements et articles de sa collection masculine du marché espagnol. Les articles en question sont jugés "ressemblants et similaires à des modèles déposés depuis des décennies par Sargadelos".

Plus précisément, c’est le motif "Monférico" qui est concerné par ces accusations. Il s’agit d’une composition géométrique déposée par Sargadelos en 1967. "Notre motif Monférico est impossible à différencier de plusieurs créations publiées cette saison dans la ligne masculine [de Dolce & Gabbana]", soutiennent les responsables de Sargadelos au journal espagnol. "Cela ne nous dérange pas d’être une source d’inspiration, mais nous refusons d’être copiés purement et simplement", indiquent-ils à FashionNetwork.com. Actuellement, le dossier est aux mains des avocats de la firme, qui "attendent une réponse de la part de Dolce & Gabbana".


Certaines pièces du défilé masculin pour le printemps/été 2021 de Dolce & Gabbana - Dolce&Gabbana


De son côté, la marque de luxe italienne affirme s’être inspirée de l’œuvre de Gio Ponti, un architecte et artiste italien du XXe siècle, pour créer les pièces de sa collection masculine. On lui doit notamment la Tour Pirelli à Milan. Coïncidence ou ironie du destin, il a d’ailleurs collaboré avec l’entreprise italienne de céramique Richard Ginori de 1923 à 1938.

Contactée par FashionNetwork.com, la maison italienne a démenti un quelconque plagiat des motifs de Sargadelos et n’a pas souhaité indiquer si les pièces en question seront ou non retirées du marché espagnol. "La collection printemps/été 2021 de Dolce & Gabbana Homme s’inspire de l’œuvre réalisée par Gio Ponti à l’Hôtel Parco dei Principi. Nous avons signé un accord de licence avec les héritiers de cet architecte et designer italien, qui possèdent les droits correspondants", affirment des sources officielles de la maison italienne.

S’il s’avère que les vêtements de Dolce & Gabbana sont effectivement un plagiat de Sargadelos, Dolce & Gabbana sera confronté à son deuxième déboire légal en peu de temps. Début mars, l’entreprise italienne a porté plainte contre Tony Liu et Lindsey Schuyler, le duo qui se cache derrière le compte Instagram de mode et d’activisme Diet Prada. Domenico Dolce et Stefano Gabbana accusent Diet Prada de "diffamation" suite au scandale provoqué par une vidéo de la maison, truffée de stéréotypes racistes, qui a non seulement obligé la marque à annuler son défilé prévu à Shanghai en 2018, mais a aussi mis en danger ses relations avec ses acheteurs et ses clients, même au-delà du continent asiatique.

Dans la région d’origine de Sargadelos, la Galice, il est rare de trouver une maison qui ne possède pas au moins un article de vaisselle, un service à café, une pièce de décoration ou même un petit bijou de la maison. Fondée en 1806 à Cervo, dans la province de Lugo, Sargadelos est devenue l’une des entreprises de design et de décoration les plus populaires du marché. Ses produits, qui étaient auparavant réservés aux ménages traditionnels de Galice, aux cadeaux de mariage ou aux souvenirs, sont maintenant des objets de désir pour les collectionneurs ou les acheteurs les plus jeunes.

Ce regain de notoriété ne s’est pas seulement traduit par l’expansion et la diversification de son offre, qui compte même des parfums et des accessoires de mode aujourd’hui. La marque a aussi largement gagné en popularité à l’étranger. Cet intérêt tout nouveau de la part des médias pourrait avoir fait connaître ce pilier de la culture galicienne aux designers de Dolce & Gabbana, sans que ceux-ci ne se soient nécessairement rendus à St Jacques de Compostelle pour admirer sur le chemin les fameux motifs géométriques bleus sur fond de porcelaine blanche de Sargadelos.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com