×
Publicités
Traduit par
Marguerite Capelle
Publié le
15 janv. 2022
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Dolce & Gabbana: Moda alla Machine Gun Kelly

Traduit par
Marguerite Capelle
Publié le
15 janv. 2022

Pile au moment où on croyait se noyer dans la déferlante milanaise de mode masculine durable et bien sous tous rapports, voilà que Dolce & Gabbana a réveillé la ville entière ce samedi après-midi, avec sa Moda alla Machine Gun Kelly.


Dolce & Gabbana Fall/Winter 2022 collection in Milan - Dolce & Gabbana



Avant même l’ouverture de la saison vendredi, le chanteur et sa fiancé Megan Fox avaient fait sensation dans la capitale italienne de la mode, quand les paparazzi ont surpris la jeune femme sortant du siège Dolce & Gabbana, un gros diamant bling bling au doigt, suite à la récente demande en mariage de Kelly à l’actrice, à Puerto Rico.

Le rockeur et rappeur américain a fait l’ouverture et la clôture du défilé, d’abord en costume ivoire étincelant, avec une veste croisée huit boutons, et enfin en costume noir parsemé d’étoiles, avec un pantalon carotte et une veste oversized. On avait curieusement l'impression qu'il avait fait teindre ses cheveux blonds platines en roux Celtic Red, le temps du défilé.

Lors du final, Machine Gun a même ôté sa veste pour la tendre galamment à Megan, installée au premier rang, qui a fait mine de se pâmer.


Dolce & Gabbana Fall/Winter 2022 collection in Milan - Dolce & Gabbana



Le chanteur a également interprété plusieurs de ses meilleurs titres, jouant de l’orgue et de la guitare, avec « Bloody Valentine » en guise d’apothéose.

Le décor et le podium affichaient des vidéos géantes de dessins style graffitis et motifs agitprop. Le même graffiti revenait sur de fantastiques manteaux, doudounes, surchemises et treillis ultra volumineux, dans un style Lower East Side Futura 2000.

Certaines vestes en duvet étaient si monumentales qu’elles ferait passer Balenciaga pour minimaliste. Et la collection débordait aussi de logos DG – sur des mailles épaisses, des manteaux monogrammés d’ecclésiastique, des bonnets de ski et d’énormes sac cabas. Tellement de logos que cela rappelait le D&G des années 2000, désormais abandonné.




Et au moment où allait commencer à étouffer sous les motifs, Domenico et Stefano changeaient soudain de braquet pour envoyer des pièces diaboliquement bien coupées – des smokings forme portefeuille qui tombaient parfaitement, portés sur des leggings ; des blousons bomber en velours aux épaules monstrueusement larges, et des vestes taillées au scalpel, avec des revers inversés.

Puisqu’il s’agit de Dolce & Gabbana, il y avait bien sûr un tas de sous-vêtements moulants portés par des garçons aux abdos de tueurs, associés ce mois-ci à des peignoirs de champions de boxe, et des étoles royales de dieux du rap, avec des cols en fourrure.


Dolce & Gabbana Fall/Winter 2022 collection in Milan - Dolce & Gabbana



La collection était trop longue d’une dizaine de looks, mais ça n’avait pas vraiment d’importance, le défilé étant porté par l’énergie de la bande-son retentissante de Machine Gun Kelly.

« The simulation just went bad. But you're the best I ever had. Like hand prints in wet cement. She touched me it's permanent », rugissait le rockeur hip hop de Cleveland (« La simulation s’est mal passée / Mais j’ai jamais eu quelqu’un d’aussi stylée / Comme des empreintes de main dans le ciment / Tu m’as touché c’est permanent. »)

Et il a récolté les hurlements enthousiastes de l’assistance, sauvant pratiquement à lui tout seul une saison milanaise excessivement calme, avant de venir saluer avec le duo de créateurs. 
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com