×
5 353
Fashion Jobs
Publié le
31 mai 2022
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Don’t Call Me Jennyfer lance une nouvelle campagne contre les préjugés

Publié le
31 mai 2022

En 2019, Jennyfer avait créé l’événement avec sa campagne de communication 'zéro étiquette', dénonçant les préjugés qui collaient à la peau de la marque et de ses clientes. Elle s’était rebaptisée Don’t Call Me Jennyfer au passage. Une posture décalée que l’enseigne ciblant les adolescentes entend raviver grâce à un second volet officiellement dévoilé ce 1er juin. Cette fois, il s’agit de mettre en avant la manière dont cette génération peut faire de ces stéréotypes une force.


La capsule mode qui accompagne la prise de parole de l'enseigne - DCM Jennyfer


Ce temps fort accompagne le lancement d’une web radio sur Twitch, en tandem avec Break, le média lancé par l’enseigne pendant le confinement, qui a depuis pris son indépendance.

Nommée 'La Sauce', cette émission hebdomadaire animée par les influenceurs Kaatsup et Guizzi, qui débute le 1er juin à 20h, sera participative et abordera plusieurs sujets touchant les adolescents, comme le harcèlement scolaire, le coming out, les conflits familiaux, l’amour ou la sexualité.

"L’objectif n’est pas de faire une énième campagne de publicité, mais d’associer aux mots une action. Il faut que cela ait du sens pour nos clients, nous nous sommes demandés comment nous pouvions aller plus loin pour aider notre communauté", exprime Chloé Ortiz, la directrice de la marque.

Pour débuter, pas moins de 200 influenceurs ont commencé ces derniers jours à teaser l’événement en relayant sur leur compte Instagram ou Tiktok les préjugés qui leur ont été attribués, sans mentionner la marque. A compter de ce 1er juin, ils expliquent comment ils ont pu s’en départir ou utiliser ces étiquettes pour aller de l’avant, et invitent leurs abonnés à suivre le lancement de la webradio.


L'affiche qui sera diffusée dans cinq villes du pays - DCM Jennyfer


De plus, une campagne d’affichage sauvage a été décidée, et implique le placardage de 5.000 affiches dans cinq grandes villes de France (Paris, Lyon, Marseille, Montpellier et Dijon). Le visuel choisi ne montre aucun vêtement de la marque, mais s’inspire d’une petite annonce, avec des stéréotypes associés à un numéro de téléphone à déchirer, qui renvoie vers l’émission Twitch.

La chaîne de mode née en 1985 a également répondu à tous les commentaires négatifs qu’elle a pu recevoir depuis plusieurs années sur les réseaux sociaux, avec la mention 'Thank you for calling me'.

Enfin, en magasin, les clientes retrouveront une collection capsule dédiée à l’événement, dont un t-shirt sur lequel elles pourront combler les pointillés en écrivant elles-mêmes le préjugé qui leur a déjà été attribué. La marque leur proposera également de s’exprimer en venant taguer la vitrine.

"Bien sûr, notre but est de recruter et d’élargir notre audience, mais il s’agit avant tout de parler à cette génération Z que peu de médias ciblent, alors qu’il s’agit d’une période de construction importante", poursuit Chloé Ortiz, qui a notamment travaillé en partenariat avec l’agence Buzzman sur l’idée de départ de cette seconde campagne.

Reprise en 2018 par Sébastien Bismuth épaulé d’un consortium d’investisseurs, Don’t Call Me Jennyfer s’appuie sur un réseau de 256 magasins en France et de 137 adresses à l’étranger. L’enseigne revendique la position de leader de l’habillement chez les 10-19 ans dans l’Hexagone, en ayant gagné 4 points de parts de marché en 2021 selon le panéliste Kantar.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com