×
6 211
Fashion Jobs
BALENCIAGA S.A.S.
Balenciaga – Contrôleur Financier Retail Monde (f/h)
CDI · PARIS
CITY ONE
Office Manager H/F
CDI · PARIS
KARA
Gestionnaire RH (H/F)
CDI · PARIS
SMCP
Chef de Projet IT CRM H/F
CDI · PARIS
MARIONNAUD
Responsable Régional Des Ventes Idf H/F
CDI · PARIS
DIM
Chef de Produits Dim Homme Stratégique & Opérationnel (H/F)
CDI · RUEIL-MALMAISON
COURIR FRANCE
Chargé.e de Stocks / Stock Keeper - Barbes - Paris - CDI - 35h - f/h
CDI · PARIS
WINNING SEARCH
Key Account Manager Jeanswear (bu Fashion)
CDI · PARIS
LE VOYAGE EN PANIER
Attaché Commercial H/F Nord Est
CDI · MONTEUX
GROUPE ARMAND THIERY
Animateur Régional H/F
CDI · CAEN
JUINJUILLET
Head of Wholesale (H/F) #Maison Indépendante de Mode #Pme
CDI · PARIS
SISLEY
Responsable Promotions Des Ventes Régional (Secteur Rhône-Alpes/Sud-Est) H/F
CDI · LYON
CONFIDENTIEL
Responsable Région Paris et Nord-Est
CDI · PARIS
AMI - ALEXANDRE MATTIUSSI
Demand Planner PAP/Souliers/Maroquinerie - CDI
CDI · PARIS
BALENCIAGA S.A.S.
Balenciaga – E-Retail Key Account Manager (f/h)
CDI · PARIS
BALENCIAGA S.A.S.
Balenciaga - Newness Planning Manager (f/m)
CDI · PARIS
DCM JENNYFER
Chef de Produit Prêt-À-Porter (H/F)
CDI · CLICHY
BALMAIN
Responsable Achats Matières PAP H/F
CDI · PARIS
BALMAIN
Responsable CRM H/F
CDI · PARIS
MP L'OCCITANE
CDI - Traffic Manager - Search & Social Paid H/F - l'Occitane en Provence
CDI · PARIS
MP L'OCCITANE
CDI - Responsable Grands Comptes Junior H/F - Erborian
CDI · PARIS
HAYS FRANCE
Chef de Produit Développement H/F
CDI · PARIS
Publicités
Traduit par
Paul Kaplan
Publié le
18 mai 2020
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Dopé par la crise, Farfetch double son chiffre d'affaires au premier trimestre

Traduit par
Paul Kaplan
Publié le
18 mai 2020

Mesures de confinement, fermetures de magasins... Ces dernières semaines, les clients férus de luxe n'ont eu d'autre choix que de se tourner vers les plateformes de e-commerce. Dont Farfetch, qui vient d'annoncer ses résultats pour le premier trimestre 2020. Selon la société londonienne, ceux-ci "démontrent la force de notre modèle sur le marché du luxe" — en effet, au cours du trimestre, Farfetch a continué à gagner des parts de marché, dans un contexte particulièrement propice pour les entreprises de commerce en ligne. Néanmoins, le géant de la vente sur Internet est resté déficitaire pendant la période, ce qui ne l'empêche pas de se considérer bien positionné pour franchir son seuil de rentabilité à l'exercice 2021. 


Farfetch


Qu'en est-il précisément des trois premiers mois de son exercice ? Au cours du trimestre, le montant des ventes (gross merchandise value ou GMV, en anglais) a grimpé de 46% par rapport à la même période de l'exercice précédent pour atteindre 610,8 millions de dollars (564,7 millions d'euros).

Les recettes de Farfetch ont quant à elles augmenté de 90% à 331 millions de dollars (305,9 millions d'euros), tandis que les recettes en magasins ont grimpé de 4,5 à 8,5 millions de dollars (de 4,2 à 7,9 millions d'euros). Mais Farfetch a dû essuyer une perte nette de 79,1 millions de dollars (73,1 millions d'euros) au premier trimestre, et si l'entreprise précise que ce chiffre est "relativement stable" par rapport premier trimestre 2019, il est tout de même plus élevé que sur les 12 derniers mois.

Le Ebitda ajusté s'est amélioré de 7,9 millions de dollars, aboutissant à une perte de 22,3 millions de dollars (20,6 millions d'euros), et la marge ajustée avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement a connu une progression notable, passant de -20,7% à -7,4%.

La demande s'est maintenue à un bon niveau au cours du trimestre — même si vers la fin de la période, elle a un connu un certain ralentissement sur certains de ses marchés les plus importants, en Europe et en Amérique du Nord, à cause des mesures de confinement progressivement mises en place par les gouvernements.

Si cette baisse de la demande n'a pas eu "d'impact véritable sur les résultats du premier trimestre 2020", la croissance du montant des transactions de Farfetch s'est tout de même ralentie à la fin du trimestre. Et ce malgré "des signes encourageants en Chine", où la reprise semble s'être "accélérée de manière significative au cours des deux derniers mois du trimestre".

Farfetch a d'ailleurs "continué à conquérir des parts sur le marché de la vente en ligne de produits de luxe", en maintenant une "sélection exceptionnellement large", avec un stock saisonnier dépassant 300.000 modèles de plus de 3.400 marques au premier trimestre.

La demande est restée particulièrement forte pour la marque Off-White, tandis que "face à l'intérêt accru de la clientèle féminine, Palm Angels a lancé sa première collection de prêt-à-porter féminin pour le printemps-été 2020". 

Autre point notable, les enseignes partenaires de Farfetch semblent avoir tiré leur épingle du jeu grâce à leur collaboration avec la plateforme. Ainsi, le lancement de Harrods.com par Farfetch Platform Solutions en février 2020 aurait "permis aux activités e-commerce internationales de Harrods de prendre leur envol, y compris pendant la fermeture du grand magasin pendant la crise sanitaire". 

"Lorsque j'ai fondé Farfetch il y a 12 ans", raconte José Neves, PDG de la société, "je n'aurais jamais imaginé que la plateforme mondiale que je construisais pour l'industrie du luxe serait mise à l'épreuve par une crise aussi dévastatrice que celle que nous traversons actuellement. Au cours des derniers mois, nous avons dû réagir face à un environnement en évolution constante, afin de satisfaire la communauté des créateurs, des curateurs et des consommateurs de notre secteur. Nos équipes ont dépassé leurs limites, tout en démontrant la résilience de notre modèle commercial."

"Les investissements que nous avons réalisés pour construire notre plateforme mondiale ont porté leurs fruits. Nos moyens logistiques internationaux, notre réseau d'approvisionnement diversifié et les services localisés que nous proposons à notre base mondiale de consommateurs nous ont permis d'assurer la continuité de nos opérations — et d'obtenir ces résultats solides au premier trimestre 2020."

"Mais il est désormais évident que le monde ne reviendra pas à la même 'normale' que celle que nous connaissions avant le Covid-19. Nous étudions les changements structurels entraînés par la pandémie ; ceux-ci auront probablement un impact sur l'industrie du luxe, mais je suis convaincu que notre faisceau de compétences permettra à Farfetch de renforcer sa position ces prochaines années".

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com