×
Publicités
Auteur :
Publié le
9 févr. 2011
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Düsseldorf: du Cpd aux Showrooms, une recomposition achevée ?

Auteur :
Publié le
9 févr. 2011

Düsseldorf aurait-elle fini sa métamorphose ? La métropole rhénane, où le Cpd Signatures a fermé ses portes ce 8 février, reste le rendez-vous des affaires pour de nombreux acheteurs allemands, du Benelux, de Russie... Avec la fin des salons version Herren Mode Woche à Cologne et le Cpd d'avant, les marques ont pendant de nombreuses saisons cherché la meilleure solution entre showroom, salon et rendez-vous plus intimiste. Mais elles sont toutes unanimes pour parler de Düsseldorf comme la ville incontournable pour les précommandes. "Düsseldorf est un rendez-vous où les commandes sont prises. La force du prêt-à-porter allemand attire de nombreux acheteurs", commente Richard Muller en charge de la commercialisation du Cpd en France.

Collection Première Düsseldorf
Cpd Signatures part sur de bonnes bases.


L’Igedo, la société organisatrice du Cpd, a pris compte du fait que les poids lourds allemands ont opté pour des showrooms spacieux. Sa nouvelle version Signatures, qui a réuni 450 marques, veut aider les détaillants à parfaire leur assortiment. Et cette nouvelle formule a séduit déjà 15 600 acheteurs dont un tiers d’étrangers. Au cœur de celui-ci, le catwalk. A la manière de certains Fashion Days, l’Igedo souhaite permettre aux marques de présenter leurs collections via un défilé, même à celles qui n’exposent pas. "Nous voulons être le point de repère, le get-together de la mode à Düsseldorf", résume Mirjam Dietz codirectrice générale de l’Igedo.

Alors qu'il occupait auparavant l’ensemble des halls du parc des expositions, le Cpd Signatures, plus compact, s’insère maintenant dans un parcours mode, qui s'est dessiné au fil des saisons et est balisé notamment par le Hall 29 et ses marques de mode masculine, tels Digel, Olymp et Bugatti. Mais également, le salon berlinois Premium propose à Düsseldorf un rendez-vous.

Collection Première Düsseldorf
Suprem s'est fait un nom en deux saisons.


Sans oublier le Supreme, qui a réuni du 4 au 9 février, 280 collections, mais dont environ 80% étaient avec des agents. "A Düsseldorf, comme avant, les personnes gagnent de l'argent et passent des commandes", commente Verena Malta, en charge du Supreme. Il faut dire que les visiteurs ont pu voir des centaines de collections réparties dans la ville. "Nous sommes présents en force pendant le salon mais aussi toute l'année. Il ne faut pas oublier que la région compte plus de 17 millions d'habitants, soit près du quart de la population allemande", commente ainsi de nombreuses griffes. "Sur mon créneau de la mode classique pour femmes, les Allemands sont leaders", conclut Isabelle Kelchlin qui gère Magg, une boutique de mode féminine à Cernay.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com