×
Publicités
Publié le
15 juin 2015
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

E-commerce : 220 BigBoss réunis dans le Péloponnèse

Publié le
15 juin 2015

Du 12 au 14 juin se tenait la quatrième édition des BigBoss. Un rendez-vous rassemblant les dirigeants des principaux portails français et ceux d'une sélection de prestataires. C'est cette fois en Grêce que s'est tenu ce rendez-vous atypique, dont le décorum festif repose sur un modèle économique très encadré.

 


Après avoir testé cet hiver les speed dating dans un restaurant d'altitude, c'est cette fois les pieds dans l'eau que 170 dirigeants de sites et 48 prestataires ont mené leurs échanges chronométrés. Ces derniers, dont la présence doit être systématiquement cooptée par un portail présent, ont par ailleurs eu l'occasion de se faire remarquer à l'occasion de la désormais attendue compétition des BigBoss Idols, un concours de vidéos décalées présentant leur activité.

Une fois de plus, les secteurs de la mode et des cosmétiques étaient fortement représentés dans les deux avions affrétés pour l'occasion. Avaient ainsi répondu présent, Chanel, Puig et Louis Pion ainsi que Marrionaud et Yves Rocher. Côté mode, étaient notamment représentés Damart, Etam, La Redoute, Les Petites Mim, Naf Naf, Bensimon, Courir et Fast Retailing, ainsi que les pure players Vente-Privée, ShowroomPrivé, PriceMinister, Menlook, Groupon, Spreadshirt ou encore Bazarchic et Envie de Fraises.

Au total, les professionnels présents représentaient un chiffre d'affaires de 15 milliards d'euros, sur un marché français de 25 milliards. Le rendez-vous permet aux prestataires de réaliser en moyenne pour 300 000 euros de transactions, certains dépassant le million. Montants sur lesquels est reversée une commission à l'organisateur. Un modèle se démarquant ainsi clairement des salons professionnels, et qui a rapidement forgé la légitimité des BigBoss, au-delà de ses atours festifs.

Sous les prospects, la plage...

Soirée hawaïenne, olympiades de plages, soirée blanche, feu d'artifice et activités nautiques ne sont ainsi que la surface du rendez-vous, pour l'organisateur Hervé Bloch. "Tout est en réalité très cadré. Avant même le voyage, nous nous assurons par exemple que les BigBoss réservent trois demi-journées dans les prochaines semaines pour revoir les prestataires" explique-t-il, confiant avoir déjà blacklisté certains portails n'ayant "pas joué le jeu". Les BigBoss doivent par ailleurs remplir un questionnaire détaillé sur les sujets et prestataires ayant retenu leur attention, noter la qualité de leurs speed dates, et voter aux Idols. Des éléments non négociables pour l'organisation.

BigBoss Summer Edition 2015 - Matthieu Guinebault/FashionMag


Le reste relève d'un exercice d'équilibre, la présence de deux tiers de BigBoss face à un tiers de prestataires devant permettre d'éviter la pression commerciale pour de grand acteurs sursollicités, tout en restant pertinent côté prospection. De plus, le nombre de prestataires conviés par secteur d'activité est limité, pour minimiser la présence de concurrents frontaux. Et si le tutoiement est une règle tacite, ce n'est que pour mieux fluidifier les discussions faisant suite aux échanges débutés lors des speed dates, dont la durée frustrante est ainsi mise à profit.

Une "BigBoss Family"

Mais les BigBoss viennent également cimenter une communauté de l'e-commerce en dehors des modèles habituels. Car outre les soirées parisiennes organisées dans l'année et autres rassemblements moins formels, Hervé Bloch entend forger la BigBoss Family. Un groupe notamment fédéré par les réseaux sociaux, et desquels a émergé pour cette édition le BigBoss Band, groupe de musique uniquement constitué de dirigeants du secteur, qui se sont produits devant leurs pairs le 11 juin. Et est d'ores et déjà annoncé pour décembre un BigBoss Comedy Club, où quand l'e-commerce rencontre le stand-up.

En outre, ces rendez-vous ont pris l'habitude de mobiliser les professionnels autour d'une cause. L'an passé, ce sont ainsi plus d'un million d'euros de produits qui ont été récoltés auprès des portails pour aller aux enfants malades, via l'association Tout le Monde chante contre le cancer. L'objectif était cette année de dépasser ce montant.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com