E-commerce : l'Europe a dopé ses ventes de 13,3 % en 2015

Les Européens ont déboursé 455,3 milliards d’euros en ligne en 2015. Une progression de 13,3 % qui présagerait plus de 500 milliards d’euros de ventes sur l’exercice en cours. Quelque 43 % des Européens consomment désormais en ligne, soit 296 millions de clients. Mais seulement 16 % d’entre eux mènent des achats transfrontaliers.

archiv

La confédération européenne de la vente en ligne, E-commerce Europe, table désormais sur 510 milliards d’euros de ventes en ligne pour 2016. Puis de 598 milliards en 2017 et 660 milliards en 2018. Pour l’heure, les marchés du Royaume-Uni, de la France et de l’Allemagne représentent à eux seuls 60 % du chiffre d’affaires en ligne du Vieux Continent.

Au Royaume-Uni, le chiffre d’affaires est de 157,1 milliards d’euros, avec une dépense moyenne de 3 625 euros par an. Mais c’est l’Allemagne qui domine pour le nombre de cyberacheteurs, avec 51,6 millions de clients contre 43,4 millions de Britanniques. « Il est donc surprenant qu'aucun de ces principaux e-commerçants ne figure dans le top 10 des portails les plus dynamiques du marché B2C. »

Côté croissance, la plus forte performance a été constatée sur le marché ukrainien, avec une hausse des ventes de 35 % par rapport à 2014. Arrive ensuite le marché turc, qui s’offre une progression de 34,9 %. La Belgique arrive en 3ème position, avec une hausse de 34,2 %.

La croissance devrait être appuyée par la croissance du commerce crossborder et l’arrivée de nouvelles entreprises sur Internet. Ainsi, côté vendeurs, seuls 16 % des entreprises de la zone euro vendent à ce jour en ligne, et seuls 7,5 % pratiquent de la vente à l’étranger.

« Les trois principaux défis pour les commerçants qui cherchent à développer leur activité transfrontalière sont la fragmentation juridique, les questions fiscales (TVA) et les questions logistiques », souligne E-commerce Europe. « Voilà pourquoi la mission d'E-commerce Europe est de stimuler le commerce électronique transfrontalier (…) en appelant entre autres à des règles de consommation simplifiées et plus harmonisées, ainsi que des normes ouvertes et plus d'efficacité dans l'amélioration des livraisons de colis. »

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

Distribution
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER