×
Publicités
Publié le
22 sept. 2020
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

E-commerce : quels sont les défis du secteur pour une économie durable?

Publié le
22 sept. 2020

Après la création d’un comité de travail dédié en février dernier, la confédération E-commerce Europe publie un rapport qui pointe les différents défis que doit relever le secteur en matière d’éco-responsabilité. Un document d’une quinzaine de pages qui évoque aussi bien la logistique et le packaging que le rôle des retours et la place des produits de seconde main dans l’offre.


Shutterstock



“Le secteur de la vente en ligne est un point entre la digitalisation de notre société et la transition vers une économie plus durable”, indique le document. “La croissance exponentielle du e-commerce peut avoir soulevé des inquiétudes quant à l’impact spécifique du secteur sur l'environnement, mais il est important de garder à l’esprit que cela a également changé notre façon de consommer pour le meilleur, et continue d’offrir de nouvelles opportunités créées par l’usage des technologies numériques”.

Sur le front de la logistique, le rapport évoque la capacité des intelligences artificielles à optimiser les organisations à des fins écoresponsables. Le rapport cite en exemple les démarches d’Ikea et eMag en matière de livraison par véhicules électriques et insiste sur l’importance des lieux de collectes automatisés dans les grandes villes, qui réduiraient de moitié les rejets de CO² par rapport aux livraisons à domicile. Le rapport invite les transporteurs à mettre en avant leurs démarches écoresponsables sur ce point, afin de permettre aux consommateurs de choisir en conséquence.

Vers des emballages réutilisables



Les packagings ne sont pas oubliés : les matériaux utilisés, leur forme et taille sont étudiés pour permettre à la fois de limiter la quantité d’emballage et d’optimiser le remplissage des engins de transport. Les entreprises Tchibo, Otto et Avocadostore testent actuellement un emballage réutilisable durant trois ans, que le client peut renvoyer via une enveloppe fournie. Est également cité Amazon, qui met la data au service de la recherche de la réduction de matière utilisée pour chaque format de colis.

Du côté des retours, le rapport pointe que la période de confinement a été riche d’enseignements, les consommateurs ayant davantage réfléchi leurs achats et réduit les retours. Le document indique que la première étape pour limiter ces derniers est la multiplication des informations pertinentes avant même l’achat. “Dans le secteur de la mode, les services de conseil en ligne sur les tailles, et l'introduction de spécifications de taille standardisées et contraignantes pour tous les fabricants, pourraient potentiellement réduire le taux de retour, même si cela n'aurait qu'un impact limité”, souligne le rapport, qui affirme que la moitié des sites consultés ne détruisent jamais les produits retournés.


Shutterstock


Une réutilisation qui trouve un écho chez les clients, qui font grandir de façon rapide le marché de l’e-commerce de seconde main. Une opportunité, pour le rapport, qui doit être exploitée en travaillant la confiance du consommateur vis-à-vis des plateformes de vente. Est également évoquée la place grandissante des produits réparés, qui ne profitent pas encore d’une définition légale propre. Le document évoque par ailleurs l’upcycling, citant les boutiques dédiées lancées par Ebay et Vaude dans ce domaine, répondant à l’attente grandissante d’un achat responsable.

“Nous avons présenté ici, dans ce rapport qui sera mis à jour pour inclure d'autres contributions au fur et à mesure, un aperçu de la réflexion en cours dans le secteur du commerce électronique et de son ambition pour un avenir plus durable”, prévient le document. “Avec des initiatives allant du transport durable à la politique des produits, en passant par le partage des données et des informations, les décideurs européens ont une occasion unique de maintenir le continent à la pointe de la transition vers une économie durable et une société numérisée et inclusive, car ces évolutions ne peuvent et ne doivent pas être traitées comme des défis distincts”.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com