Eco-responsabilité : 55 % des consommateurs prêts à payer plus cher

Sur 30 000 consommateurs interrogés à travers 60 pays, plus de la moitié se disent prêts à payer plus cher pour acquérir les produits d’entreprises soucieuses de leur impact social et environnemental.


Un engagement qui se fait particulièrement sentir en Asie-Pacifique (64 % des sondés), en Amérique latine (63 %) et dans la zone Moyen-Orient/Afrique (63%).

Ces questions touchent cependant moins en Amérique du Nord (42 %) et en Europe (40 %), ou la France s’illustre notamment avec seulement 36% de clients disposés à payer davantage. Mais, pour Nielsen, à l’origine de cette enquête, le bilan n’en est pas moins positif, 52 % du panel ayant été client d’une entreprise socialement responsable sur le dernier semestre.

« Les consommateurs du monde entier nous disent haut et fort que la vocation sociale d’une marque fait partie des facteurs qui influencent leurs décisions d'achat », dit Amy Fenton, responsable globale du développement durable chez Nielsen. « Ce comportement est de plus en plus répandu et offre des opportunités significatives tant pour donner davantage de sens dans nos communautés que pour développer la part de marché des marques ».

Une opportunité à laquelle les entreprises doivent premièrement répondre via le packaging. Quelque 52 % des clients veilleraient aux mentions sociales et environnementales qui y sont faites. Sur 20 marques de 9 pays ayant engagé une politique de communication sur le sujet ces derniers mois, il ressort ainsi une hausse de 2 % du chiffre d’affaires pour celles faisant mention du développement durable sur l’emballage. Et même de 5 % pour les produits soutenus par un programme marketing soulignant les actions durables.

La « génération Y » des 21-24 ans serait la plus sensible aux engagements de développement durable. Ils représentent 51 % de ceux prêt à payer davantage. L’écart générationnel sur ces questions est surtout palpable en Asie-Pacifique et dans la zone Moyen-Orient/Afrique, où les jeunes répondants sont trois fois plus intéressés par le développement durable que la « génération X » (35-49 ans), et douze fois plus que les baby-boomers (50-64 ans).

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

Distribution
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER