×
Publicités
Publié le
30 nov. 2008
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Emily the Strange se développe en France

Publié le
30 nov. 2008

Sous l’impulsion de son nouveau distributeur français, le personnage d’Emily the Strange va accentuer sa présence à travers l’Hexagone. Retour sur la saga de la jeune fille rock et gothique.


Emily the Strange vient d'ouvrir une boutique à Athènes

C’est depuis Annecy-le-Vieux, que la société GRK gère la distribution d’Emily the Strange depuis dix mois maintenant. Spécialisée en produits destinés au ski et à la montagne, elle a choisi de reprendre en main le destin d’Emily the Strange. « Nous travaillons des produits typés qui possèdent une image forte, explique François Vulliet, dirigeant de GRK. Et le personnage d’Emily colle parfaitement à notre cible ».

Sortie de l’imagination de Rob Reger, skateur et graphiste à San Francisco, il y a quinze ans, la jeune fille décrite comme « l’anti-Hello Kitty », arrive en France en 2006 chez Colette mais décolle peu. Ainsi, depuis, la marque déclinée sur des vêtements, des accessoires et en BD, est présente dans soixante-dix points de vente en France, dont les espaces accessoires des Virgin des Champs-Elysées, des Quatre Temps et à Marseille.

« Notre objectif est de mettre en place un vrai réseau de distribution comme dans d’autres pays en Europe», annonce François Vulliet. Ainsi, l’Italie compte déjà quatre cents distributeurs. Et, en Grèce, où la marque est présente depuis seulement trois ans, une boutique Emily the Strange vient tout juste d’ouvrir ses portes.

C’est d’ailleurs la cinquième après les deux existant à Hong Kong, une en Thaïlande et une autre à Taïwan. « En France, nous visons les cent cinquante points de vente d’ici à deux ans, note le distributeur français, avec l’objectif d’ouvrir dans un futur proche une boutique ».


Collection Lichtenstrange été 2009

Il faut dire que les collections Emily the Strange grandissent avec le personnage. C’est depuis l’Australie, par la société Atomic Fashion, que toutes les licences de produits sont développées. Soit plus d’une quinzaine actuellement : vêtements, lingerie, bagagerie, maroquinerie, montres, papeterie, livres, skateboards… Après un unique look noir et rouge, Emily porte même désormais de la couleur avec une collection inspirée par le Pop’Art pour l'été prochain.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com