×
5 398
Fashion Jobs
Publié le
26 janv. 2022
Temps de lecture
6 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Emma François (Sessùn): "Les marques qui vont rester conjugueront rigueur et créativité"

Publié le
26 janv. 2022

Après une année 2020 éprouvante durant laquelle elle a jeté les bases de nouvelles idées créatives et organisationnelles, Sessùn en a glané les bénéfices dès 2021, avec une belle croissance à la clé malgré la persistance de la crise sanitaire. Ancrée à Marseille depuis 25 ans, la griffe de mode féminine -dans laquelle le fonds Experienced Capital Partners a investi en 2017- poursuit son ascension de façon réfléchie selon les aspirations de sa fondatrice Emma François. Dans un échange accordé à FashionNetwork.com, l’enthousiaste dirigeante expose quelques-uns de ses chantiers 2022, de l’expansion à l’international jusqu’aux clés à activer en interne pour donner un meilleur cadre de travail à ses équipes.


Emma François a lancé Sessùn en 1995 - Mélanie Elbaz


FashionNetwork.com: Comment s’est déroulée l’année écoulée pour Sessùn ?

Emma François
: 2021 a été super dynamique malgré trois mois de fermeture des magasins en raison du Covid-19. Nous avons réalisé une très belle progression puisque les ventes ont atteint environ 40 millions d’euros (contre 31 millions en 2020, ndlr). Je crois que cela montre le succès du nouveau cadencement des collections (avec 4 lancements par an désormais), du storytelling plus fort, mais aussi le fait d’avoir pratiqué moins de soldes. On récolte les fruits de l’énergie bouillonnante déployée au printemps 2020 durant le premier confinement. J’avais décidé de maintenir ouvert le studio de création et le département communication, et ce fut un temps privilégié consacré à la recherche créative, où l’on a pu réfléchir en s’affranchissant du calendrier. Cela fonctionne aujourd’hui, j’espère que ce ne sera pas un effet soufflet! En tous cas j’ai la conviction qu’avec une énergie sincère, et des ambitions écoresponsables affirmées, nous sommes sur le bon chemin.

FNW: Quels sont vos nouveaux chantiers RSE?

EF:
Nous progressons dans la labellisation, après notre adhésion à l’ICS (Initiative for Compliance and Sustainability), et avons procédé à des audits qui ont déclenché des plans correctifs menés avec nos fournisseurs, pour améliorer encore leurs pratiques. Un seul n’a pas joué le jeu, et nous avons cessé de travailler avec lui. Un partenariat a également été noué avec Clear Fashion pour afficher sur notre site les notes de nos vêtements, même les moins bonnes. Et nous lançons également un bilan carbone de nos pièces.

D’autre part, notre siège va déménager pour des locaux plus grands et plus proches du centre-ville. La qualité de vie au travail est vraiment un nouveau pilier de notre stratégie RSE, après les efforts fournis sur le plan des fibres et des fabricants.


La collection du printemps 2022 de Sessùn s’intitule "Le retour à la terre": un vestiaire à la fois fonctionnel et féminin, inspiré des urbaines qui s’installent à la campagne.


FNW: C’est la crise sanitaire qui favorise cette introspection sur l’organisation de l'entreprise ?

EF:
Oui, dans cette période où tout le monde est en quête de sens, ma réflexion se pose encore plus sur l’engagement sociétal de l’entreprise vis-à-vis de nos 220 salariés. Avec le télétravail, nous avons expérimenté un management basé sur la confiance bien plus que sur le contrôle. L’épanouissement au travail est un élément central de la réussite d’une entreprise, la recherche de performance ne peut pas être son unique raison d’être.

Il faut développer le sentiment d’appartenance. Tester de nouvelles organisations, c’est le moment. Depuis la crise, l’équilibre vie pro/vie privée est plus important que jamais. Nous avons par exemple une réflexion sur la parentalité au travail, ou dans un autre registre le projet de mettre des vélos à disposition. Nous voulons réfléchir à un management qui corresponde aux attentes des équipes, dont la somme des énergies a permis ces résultats exceptionnels. L’objectif est aussi de se diriger vers les statuts d’entreprise à mission, et/ou de B.Corp.

FNW: Quels sont vos axes de développement sur le plan retail ?

EF:
Les ventes réalisées dans notre boutique de Madrid, ouverte il y a un an, ont dépassé nos espérances. Je crois que le choix de ce quartier situé en dehors des axes touristiques et loin des grandes marques internationales y est pour beaucoup, car nous nous sommes intégrés dans un environnement local composé d’antiquaires, de galeries d’art et de petits restos. S’installer à Barcelone est notre prochain objectif, mais je n’ai pas encore trouvé d’emplacement idéal; et Palma de Majorque nous séduit aussi beaucoup.

Une seconde boutique à Londres est également prévue pour 2022, dans le but de relancer les ventes en ligne sur ce marché. Car avec le Brexit et ses conséquences, nous avions stoppé notre e-shop local. L’idée est d’installer un magasin qui servirait de base logistique pour les commandes passées par les clients britanniques, sur le principe du ‘ship from store’.


En janvier, les Galeries Lafayette Haussmann ont confié à Sessùn un vaste pop-up où elle a mêlé accessoires et objets d’artisanat.


En France, nous étudions plusieurs pistes, comme celle de déplacer de la rive gauche à la rive droite notre magasin parisien ‘Oui’, dédié à la collection mariage, et peut-être d’ouvrir à Lyon une jolie boutique-librairie.

FNW: Qu’observez-vous concernant le comportement de vos clientes depuis la crise?

EF:
La baisse de la fréquentation de nos points de vente (29 boutiques, 31 corners et un outlet, ndlr) est continue depuis deux ans. Mais les consommatrices se déplacent heureusement pour acheter. Je pense qu’il faut donner encore plus d’attention à l’accueil en magasin, et qu’elles puissent trouver le service qu’elles attendent. Le travail et l’énergie déployés par les multimarques sont un exemple, ils ont su se réinventer malgré la pandémie, en tant que commerce de proximité, et en valorisant leur sens de l’accompagnement. Le segment wholesale (150 revendeurs en France et 350 à l'international, ndlr) est très dynamique pour Sessùn.

FNW: Quels autres projets nourrissez-vous pour l’année qui débute?

EF:
En interne, après avoir retravaillé l’offre l’an dernier, nous nous attaquons donc à l’ossature de l’entreprise. Un changement de logiciel s’opère pour permettre l’unification des stocks, c’est un vrai projet structurant, qui rejoint cette volonté de s’orienter vers une marque plus rationnelle et responsable.

Tout ce travail en interne traduit l’image de la base à consolider, le pilier n’est jamais trop épais! Ce n’est parce que la marque a 25 ans qu’il ne faut pas renforcer ses fondamentaux. Nous allons au-devant d’une période où les marques qui vont rester sont celles qui conjugueront à la fois rigueur et créativité.


Collection printemps 2022


FNW: Sessùn s’étend au-delà de la mode depuis plusieurs années déjà, en collaborant avec des artistes notamment, ce propos va-t-il se renforcer?

EF:
L’an dernier, nous avons organisé un book club de livres anciens en partenariat avec Le Bon Coin, tandis que notre concept store-café Sessùn Alma (à Marseille), où l’on présente des créations d’artisans, continue ses ateliers avec les clientes (céramique, fabrication de levain…). La marque a toujours été tournée vers l’artisanat, et il y a une vraie envie et une réflexion engagée pour développer cet univers en produisant nos propres objets. Mais l’édition d’objets et un autre métier, même si nous vendons déjà quelques tasses, coussins et miroirs sous le nom Sessùn… Néanmoins cela serait légitime dans l’univers de la marque.

FNW: Comment se passent les soldes d’hiver pour la marque?

EF:
Je dirais que les ventes privées viennent perturber l’impact des soldes. Nous attendons le plus possible pour déclencher ces remises pour les clientes privilégiées mais ce n’est pas le cas de tous, certains commencent avant Noël! Lors des ventes privées de novembre, nous n’avons pas fait de rabais sur la collection hiver installée un mois plus tôt mais sur celle commercialisée depuis mai. Cela participe d’une logique de rotation de collection plus saine. On essaie de résister à la course des promotions toute l’année!

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com