×
Publicités
Publié le
26 avr. 2022
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Emmanuel Macron réélu: les réactions du monde du commerce et de la mode

Publié le
26 avr. 2022

Face à Marine Le Pen, Emmanuel Macron a été réélu le 24 avril à la présidence de la République française, qu'il occupera cinq ans de plus. Ce résultat électoral et ce nouveau mandat ont fait réagir quelques-uns des représentants des secteurs du commerce et de la mode. A commencer par le président de la Fédération française du prêt-à-porter féminin (FFPAPF), Pierre-François Le Louët, qui félicite Emmanuel Macron mais estime que "la montée en puissance des radicalismes et de l’abstention ne peuvent pas être des motifs de satisfaction". Il espère que le président reconduit "saura mener à l’échelle française et européenne la transformation que nous appelons de nos vœux".


Pixabay


Pierre-François Le Louët souligne que "la créativité de notre secteur se conjugue aujourd’hui systématiquement avec la responsabilité vis à vis de notre planète et de notre société. Notre poids économique et notre puissance symbolique nous l’imposent". Outre la réduction de l'empreinte environnementale, il conviendra selon lui de "mettre en lumière les initiatives les plus audacieuses de nos entrepreneurs et convaincre les décideurs d’investir en France dans des marques qui incarnent des valeurs contemporaines. Investir surtout dans des outils industriels innovants qui accélèreront la relocalisation de nos productions".

Emmanuel Le Roch, le délégué général de la fédération pour la promotion du commerce spécialisé (Procos), qui adresse également ses félicitations au président, se montrera "très attentif au sujet du pouvoir d'achat de l'inflation. A court terme, c'est ce qui va affecter directement les consommateurs, et donc les commerçants. Nous allons voir comment cela va être traité. Il faut par exemple s'assurer de la poursuite des actions et mesures pour atténuer la hausse du prix du carburant".

D'un point de vue plus structurant, Procos espère un signe de la prise en compte du commerce comme un acteur central de la transformation de la société. "Nous attendons un message politique du président et du nouveau gouvernement sur l'importance de notre secteur, notamment via la nomination d'un ministre du commerce", poursuit Emmanuel Le Roch.  

Le souhait d'un plan dédié au commerce



"Comment vont être intégrées durant ce nouveau quinquennat les conclusions des Assises du Commerce, un rendez-vous organisé sous le premier mandat d'Emmanuel Macron?", questionne-t-il, alors que le compte-rendu de ces journées de réflexion et de débats (intervenues en décembre 2021), n'ont toujours pas été rendues publiques. "Il est impératif de mettre en place un 'plan Commerce', pour que les acteurs de la filière puissent investir, afin d'écarter un risque de décommercialisation et de casse en termes d'emploi".

Le délégué général de l'Alliance du commerce, Yohann Petiot, ajoute que ce plan, qu'il appelle aussi de ses voeux, devra prendre en compte "tous les commerces, quelle que soit leur taille ou leur localisation" et s'accompagner "de moyens financiers à la hauteur des enjeux. Le secteur du commerce doit doubler son niveau d’investissement, soit passer de 11 à 22 milliards d'euros investis par an". Pour cela, il demande un soutien ciblé de l'Etat, "pour assurer un environnement économique et social favorable à la réussite" de la mutation du secteur.

Enfin, Pierre-François Le Louët demeure optimiste face aux bouleversements à l'œuvre à l'échelle mondiale. "Malgré les divisions de notre société, malgré les craintes qui pèsent sur l’avenir de notre planète, les fractures idéologiques et les conflits armés, malgré ce contexte terriblement anxiogène, coûte que coûte, la mode nous dit chaque jour que demain est un nouveau jour où tout est possible, que la création sauvera le monde et qu’il nous faut avoir confiance dans le pouvoir constant de réinvention dont les créatifs savent faire preuve. Notre industrie, une nouvelle fois, sera à l’avant-garde de ces mutations", avance-t-il.

De premières mesures esquissées



Les intentions présentées par Emmanuel Macron dans le cadre de cette campagne électorale regroupent plusieurs mesures qui toucheraient les secteurs du commerce ou de la production. Par exemple, sur le sujet du développement durable, le président réélu propose de mettre en place une taxe carbone aux frontières de l'Europe "pour éviter la concurrence déloyale", de "former 400.000 personnes aux métiers de la transition écologique", de "multiplier les tiers-lieux (production locale, recyclage…)" ou de poursuivre la politique de "développement d'un transport et d'une logistique économiquement et écologiquement efficaces, notamment par le soutien au fret ferroviaire et au transport fluvial".

Côté industrie, le programme du président réélu inclut la réduction des impôts de production, "notamment en supprimant la CVAE (contribution sur la valeur ajoutée) pour toutes les entreprises", et la révision de la politique d'achat de l'Etat, qui entend se fournir en local. A noter enfin qu'aucune mesure ciblant particulièrement le commerce n'était inscrite dans ce programme de campagne adressé à la population.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com