×
Publicités
Publié le
27 janv. 2022
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

En 2021, les investissements dans les commerces ont chuté de 30% en France

Publié le
27 janv. 2022

A l'instar du marché des bureaux (-15%), le secteur de l'immobilier de commerce a vu son activité ralentir considérablement en 2021. Les volumes investis en France ont atteint 3,2 milliards d'euros, soit une baisse de près de 30%, livre le spécialiste de l'immobilier Knight Frank. Il s'agit du plus bas niveau enregistré depuis la crise de 2009.


Le pôle de shopping Carré Sud à Nîmes, acquis par la foncière Frey en 2021 - Frey


"Cette chute importante confirme l’impact de la crise sanitaire sur les commerces, pénalisés par l’attentisme des investisseurs et le nombre limité de grandes transactions", observe l'étude. Le second semestre 2021 a montré un signe de rebond, avec 2,2 milliards d'euros investis contre 970 millions sur les six premiers mois.

Knight Frank apparaît plutôt optimiste pour les mois à venir et liste plusieurs arguments poussant à "croire à l'avenir du commerce physique". Notamment le fait que la consommation des ménages a rebondi l'an dernier (+4%), que la grande majorité des enseignes placées en redressement ont été reprises ou que la France a tout de même réussi à attirer des marques étrangères. Trente-huit arrivées ont ainsi été observées en 2021, soit cinq de plus qu'en 2020 (mais loin des 57 entrants enregistrés en 2019).


Evolution des volumes investis depuis 2007 - Knight Frank


D'autre part, l'étude note que certaines typologies de commerce viennent prendre le relais de secteurs moins dynamiques (comme celui de la mode par exemple). En particulier les distributeurs discount, le quick commerce (livraison express de proximité, ndlr), ou les univers en plein essor de la seconde main ou des mobilités douces.

Les zones commerciales de périphérie tirent également leur épingle du jeu: pour la première fois depuis 2008, ces sites ont rassemblé la plus grande part des volumes investis en commerce l'an dernier (35% contre 18% en moyenne depuis dix ans), juste devant les rues commerçantes et loin devant les centres commerciaux.

"Ce bouleversement de la hiérarchie était prévisible compte tenu du dynamisme de la périphérie depuis le déclenchement de la crise et des opportunités liées à la mise sur le marché de retail parks ou de grands portefeuilles d’enseignes" expose Antoine Grignon, directeur du département commerces chez Knight Frank France.


Focus sur les zones d'activités commerciales - Knight Frank


Les centres commerciaux ont donc davantage souffert, puisque "moins de 100.000 mètres carrés ont été inaugurés en France l’an passé contre 130.000 mètres carrés en 2020 et 330 000 mètres carrés en 2016", précise-t-il.

A l'inverse, le volume des ouvertures de retail parks a progressé de 39% en un an, mais il s'agit toutefois d'un repli de 28% par rapport à la moyenne des cinq années d'avant-crise. Pour 2022, le segment des actifs à revaloriser pourrait aussi se redresser, indique Knight Frank, "témoignant de l’intérêt de certains investisseurs pour des opérations de création de valeur et de perspectives généralement plus positives sur le long terme".

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com