×
Publié le
11 janv. 2021
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

En France, l'activité du commerce spécialisé a reculé de 18% en 2020

Publié le
11 janv. 2021

Malgré un regain de forme en décembre, les enseignes signent en France un exercice 2020 très affecté par la pandémie mondiale. Leur chiffre d'affaires annuel a chuté en moyenne de 18% par rapport à 2019. Un bilan qui s'avère hétérogène en fonction des secteurs d'activités, pointent les données de la fédération pour la promotion du commerce spécialisé Procos.


La maison et le sport ont mieux résisté que la mode et la beauté. - Shutterstock


Ainsi, les acteurs de la chaussure (-27,5%), de la bijouterie (-23%), de l'équipement de la personne (-22,7%) et de la beauté-santé (-22%) sont ceux qui ont le plus souffert en 2020, tandis que les enseignes de sport (-4,5%) et de l'équipement de la maison (-8%) ont bénéficié d'une vraie dynamique à l'issue des confinements, et réussi à résorber en partie leur retard de chiffre d'affaires.

Le mois de décembre a été positif pour tout le commerce spécialisé, avec là aussi des disparités de résultat: le sport et l'équipement de la maison ont explosé leurs ventes (+25% par rapport à décembre 2019), tandis que la hausse est plus mesurée chez les enseignes d'habillement (+12,7%), et encore plus faible pour la beauté-santé (+4,6%) et la chaussure (+4,5%).

Ce dernier mois de l'année écoulée a en fait connu deux périodes bien distinctes: "La première quinzaine a été très dynamique, bénéficiant du report du Black Friday, qui laissait espérer un chiffre d’affaires en très forte croissance, décrit Procos. Mais, au fur et à mesure, la fréquentation des points de vente s’est beaucoup dégradée à l’approche de la fin du mois."
 
Fin décembre, les métropoles et grands centres commerciaux ont été particulièrement pénalisés par les baisses de trafic, de l'ordre de -20 et -35% respectivement. La fédération ajoutant que "l’application des jauges défavorisent davantage les lieux d’importants trafics". Les consommateurs ont passé "beaucoup moins de temps dans les lieux de commerce avec des achats efficaces, défavorables à la flânerie et aux achats d’impulsion".

Décollage du e-commerce pour les enseignes


 
Même si elles n'ont pas permis de rattraper les baisses d'activité des réseaux physiques (de 3 à 4 points seulement selon les domaines), les ventes en ligne ont tout de même explosé de 80% sur l'année écoulée, et même de 85% en décembre. Un bond qui redessine l'équilibre entre magasins et web.
 
Abordant ce début d'année, Procos exprime que "janvier sera compliqué et l’épée de Damoclès sanitaire reste très préoccupante". De plus, le report des soldes (qui débutent le 20 janvier) impactera très sensiblement le premier bilan mensuel de 2021, en particulier pour l'équipement de la personne.
 
"La survie de tous les acteurs doit rester la priorité absolue pour l’ensemble de l’écosystème. Ne pourront se relancer, se transformer, s’engager dans une société d’avenir, que les acteurs qui auront franchi cette étape, conclut la fédération. Les enjeux du premier semestre 2021 sont énormes pour mettre en place les conditions des investissements futurs."

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com