×
Publicités
Publié le
20 janv. 2022
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

En Île-de-France, le nombre de magasins de chaussures a chuté de 24% en trois ans

Publié le
20 janv. 2022

Etudiant l’évolution des commerces franciliens sur trois ans, l’observatoire de la CCI Île-de-France (Crocis) vient de livrer un bilan 2021 plutôt morose pour le secteur mode, alors que le paysage commercial se recompose dans une région fortement affectée par la crise sanitaire. Entre 2018 et 2021, si le nombre de commerces -tous secteurs confondus- n’a reculé que de 1% (à 153.992 points de vente), le marché de l’équipement de la personne est celui qui a le plus souffert sur la période, avec -13% de magasins recensés.


Shutterstock


Dans le détail, les points de vente de chaussures sont les plus touchés, avec un repli constaté de 24% en trois ans, devant la lingerie (-17%) et le prêt-à-porter (-14%). Les bijouteries sont également moins nombreuses (-9%), tout comme les points de vente de maroquinerie et de bagages (-8%). Seule exception, dans Paris, les magasins de seconde main progressent de 8%.

D’autres univers sont concernés par un repli, notamment les pressings (-12%), l’équipement de la maison (-7%), ou le bricolage-jardinage (-5%).

Parmi les secteurs en croissance, les commerces d’alimentation continuent de progresser en région parisienne (+3%), et en particulier les supérettes (+25%) et les charcuteries-traiteurs-épiceries fines (+57%), de même que les hôtels-cafés-restaurants (+2%).

D’autre part, certains créneaux de niche tirent leur épingle du jeu face à l’évolution du comportement des consommateurs: les magasins de vélos enregistrent un bond de 47%, tandis que "l’attention accrue portée au corps et à la santé a permis le développement des activités sportives, salles de sport, espaces jeux (+24%), mais aussi des ongleries (+39%) et des salons de tatouage et piercing (+16%)", indique l'étude.


Evolution en trois ans du paysage commercial francilien - Crocis

 
Sur le plan global, 40% des magasins de la région sont concentrés dans Paris, alors que la capitale n’héberge que 18% de sa population. En ce qui concerne l’évolution du nombre de points de vente, seules les Yvelines ont progressé en trois ans (+1%), tandis que le niveau est resté stable en Seine-Saint-Denis, Essonne et Val-d’Oise. La tendance a été négative pour la Seine-et-Marne (-1%), le Val-de-Marne et Paris (-2%), et c’est dans les Hauts-de-Seine que la baisse a été la plus marquée (-3%).
 
En outre, le taux de vacance commerciale a augmenté en Île-de-France, passant de 11,5% en 2018 à 12,6% en 2021, ce qui représente plus de 22.000 locaux non exploités au total. "La vacance commerciale est généralement synonyme d’une fragilisation du tissu commercial, dans la mesure où elle traduit des difficultés dans le maintien et la transmission des activités commerciales, livre l’étude. Elle illustre ainsi l’impact de la crise sanitaire des années 2020 et 2021 sur l’activité commerciale de la région-capitale. A Paris, les arrondissements du centre et du Nord-Est affichent les taux de vacance les plus élevés."

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com