×
Publicités
Publié le
11 janv. 2022
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

En Italie, 40 détaillants font front commun en temps de pandémie

Publié le
11 janv. 2022

Ils étaient une poignée en 2020, ils sont 40 deux ans plus tard. Pour résister face à la pandémie, un groupe de détaillants italiens, à la tête de boutiques multimarques indépendantes moyen-haut de gamme, a décidé de faire front commun en créant une association, Histores, qui puisse les représenter, mais aussi faire circuler leurs idées et promouvoir toutes sortes de projets, tels qu’une marque propre, des collaborations exclusives avec les maisons ou encore des formations dédiées. Cette initiative insolite a séduit le salon masculin Pitti Uomo, qui les a invités en cette session de janvier.


Photo de groupe pour les détaillants réunis dans la nouvelle association - Histores


"L’idée a germé début 2020, en pleine crise du Covid-19. Cinq ou six boutiques ont créé un groupe sur WhatsApp. Ce qui comptait, c’était d’échanger des informations et des conseils, s’encourager. Puis, ce qui ne s’était jamais produit jusque-là, c’est-à-dire le désir de nous regrouper, nous est apparu comme une évidence et nous avons fondé Histores", nous raconte la secrétaire de l’association Didi Corbetta, titulaire de la boutique Valtellini à Rovato, dans le territoire viticole lombard de la Franciacorta.

"Le plus important est de communiquer entre nous et partager nos expériences. Dans un moment compliqué tel que celui actuel, où l’on doit se focaliser plus que jamais sur le client, cela nous permet d’offrir encore plus de services. Cela peut être tout simple, comme le fait de rester informés ou de s’entraider par exemple en faisant parvenir au collègue la pièce qui lui manque. Nous voulons aussi dialoguer et travailler de manière plus étroite avec les marques", poursuit-elle.

Le nom est vite trouvé: "Hi", comme "Bonjour !" en anglais ou comme high quality (qualité élevée), et "stores", qui signifie magasins en anglais. Très vite, cette nouvelle réalité séduit de plus en plus de boutiques multimarques, pour la plupart des magasins de moyenne-grande dimension, avec des superficies allant de 250 à 3.500 mètres carrés, spécialisés dans la mode homme ou femme, pour la plupart situés dans les petites villes de province, et disséminés du sud au nord de la péninsule. 

"Les boutiques souhaitant adhérer doivent afficher au moins dix ans d’activité et une certaine solidité, avoir d’excellents rapports avec les fournisseurs et un comportement éthique avec la clientèle", souligne Giulio Felloni, un autre membre d’Histores, qui possède quatre boutiques de mode à Ferrare (Émilie-Romagne), distribuant un total d’environ 150 marques, de Stone Island à Church ou Corneliani. "Cette association nous a surtout redonné un grand enthousiasme", se réjouit-il.

"Nous avons lancé l’association en plein Covid car nous avions besoin de former un réseau et nous avons réussi à abattre les barrières. En fait, nous avons tous la même typologie de clients, plutôt aisés et fidélisés, et une liste de marques similaires", indique le président d’Histores, Marco Inzerillo, à la tête du magasin pour homme palermitain Michele Inzerillo.


La collaboration avec Kired réalisée en exclusivité pour Histores - ph Dominique Muret


"Les entreprises nous donnent toujours moins d’informations. Nous avons ainsi lancé la Histores Academy. Nous faisons appel à des experts pour dispenser des formations et renforcer nos connaissances sur les produits et le métier de vendeur. Autre activité importante: le rapport instauré avec les marques. Notre masse critique nous a permis d’obtenir des avantages en termes de rabais ou de meilleures conditions économiques. Mais nous ne sommes pas un groupe d’achat", insiste-t-il.

Histores a mis en place des collaborations exclusives avec certaines marques, comme celles avec Herno, Paul & Shark et Kired, une marque du groupe Kiton, qui sont présentées ces jours-ci sur son stand du Pitti Uomo. Elle a aussi lancé l’an dernier (automne-hiver 2021/22) sa marque propre Hindustrie. Une petite collection de pièces en maille, pantalons et écharpes fabriqués en Italie, destinée à grandir.

"Ce label nous sert à nous défendre. Nous savons qu’avec leur e-commerce et leurs propres boutiques, les marques sont destinées à devenir nos compétiteurs. Nous avons donc besoin de nous garantir une base stable. Si Hindustrie arrive à constituer au moins 20% de nos achats, ce sera déjà bien", conclut Michele Inzerillo.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com