×
5 341
Fashion Jobs
Publié le
16 déc. 2022
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

En novembre, les chaînes familiales à petits prix ont tiré leur épingle du jeu

Publié le
16 déc. 2022

Le mois de novembre a été le théâtre de nets contrastes dans le secteur de la distribution mode en France. Le bilan provisoire livré par l'Institut français de la mode (IFM) indique que les chaînes de grande diffusion, comme Kiabi, Gémo ou La Halle, ont connu un bond de leurs ventes de 14,2%, par rapport à 2021, tandis que les enseignes spécialisées (H&M, Pimkie, Celio…) ont enregistré une baisse d'activité de 4,7%.


Shutterstock


Il semblerait que le positionnement "petits prix toute l'année", qui caractérise la majorité des chaînes de grande diffusion, ait pesé dans la balance face à l'inflation. L'IFM souligne en outre que "le Black Friday n’a pas permis aux chaînes spécialisées d’enregistrer une activité commerciale supérieure à celle de novembre 2021".

Les autres circuits de distribution ont connu un mois positif: les ventes des indépendants multimarques ont augmenté de 4% (comparé à novembre 2021), celles des grands magasins et magasins populaires (Galeries Lafayette, Printemps, Monoprix…) restent dynamiques (+3,7%), tandis que les hyper-supermarchés (Leclerc, Cora, Super U…) progressent légèrement (+1,1%).


Evolution des ventes en novembre 2022, par circuits de distribution, par rapport à novembre 2021 - IFM


Tous acteurs confondus (hors VAD), le marché du textile-habillement dans l'Hexagone fait état d'une hausse d'activité de 2,2% en novembre 2022, comparé à il y a un an. Ce niveau d'activité reste néanmoins inférieur à celui d'avant-crise, soit un repli de 3,3% par rapport à novembre 2019.

Le mois dernier, les acteurs mode ont observé une progression de 5% de leur activité en ligne, alors que les ventes des magasins physiques s'avèrent en léger retrait (-0,4% vs 2021).

Le cumul de janvier à novembre 2022 montre que l'année en passe de se terminer livrera un meilleur bilan que 2021, qui restera cependant loin des standards prépandémiques. Les chiffres d'affaires des distributeurs de mode sur onze mois (hors VAD) sont ainsi en hausse de 7% par rapport à la même période l'an passé, mais en chute de 6,2% comparé à 2019.

Lors de son colloque 'Fashion Reboot' organisé le 1er décembre à Paris, l'IFM a indiqué que les distributeurs du secteur avaient en moyenne augmenté leurs prix de vente de 6% en 2022, sachant qu'une nouvelle hausse de l'ordre de 5% serait envisagée pour 2023. Un mouvement qui poussera peut-être encore les consommateurs à chercher les bonnes affaires, et à se tourner vers les acteurs low cost?

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 FashionNetwork.com