×
Publicités
Publié le
9 nov. 2020
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

En octobre, les enseignes de mode ont vu leurs ventes physiques fléchir de 15,3%

Publié le
9 nov. 2020

Alors que les commerçants et les fédérations demandent la réouverture de leurs points de vente dès le 13 novembre, l’Alliance du Commerce dresse son bilan chiffré du mois d’octobre, et le moins que l’on puisse dire est que les deux premiers jours du second confinement (les 30 et 31 octobre) ont lourdement pesé sur l’activité des enseignes.


En France, les enseignes de mode ont le rideau baissé depuis le 30 octobre dernier. - Pixabay


Ainsi, en octobre, les chaînes de mode ont vu leurs ventes physiques plonger de 15,3% par rapport à la même période l’an dernier, selon le panel Alliance du Commerce – Retail Int. Si l’on exclut ces deux jours de rideau baissé à la fin des vacances de la Toussaint, la chute d’activité n’est que de 3,3% à périmètre constant (même nombre de jours d’ouverture 2019 et 2020).

La fréquentation des magasins, tout au long du mois, a reculé de 16,1% à périmètre constant. Ce sont les centres commerciaux de centre-ville (-28%) et les commerces sur rue (-21,4%) qui ont le plus souffert, alors que les enseignes installées en retail park et zones d’activité (+10,5%) ont à l’inverse su tirer parti de leur emplacement.

Le bilan des dix premiers mois de l’année fait état d’un repli d’activité de 24,2% pour les enseignes de mode, par rapport à la même période en 2019. Cette chute atteint 6,8% à périmètre constant (en comparant donc les mêmes jours d’ouverture entre les deux années).

L’Alliance du Commerce espère voir les boutiques de mode accueillir à nouveau des clients le plus tôt possible, car "la perte sera d’autant plus forte que la période des fêtes de fin d’année représente 20% minimum de l’activité annuelle des entreprises". Si les commerces non essentiels rouvrent au début du mois de décembre, elle mesure que la baisse d’activité globale des enseignes de mode atteindra -30% en 2020. Et s’ils ne peuvent pas relever le rideau d’ici la fin d’année, c’est une sévère chute de 40% qui est projetée.

"La dégradation exceptionnelle de l’activité aura de lourdes répercussions économiques et sociales. Depuis le début de l’année, le secteur a déjà enregistré la perte de plus de 5.000 emplois du fait des procédures de redressement et de liquidation judiciaire, ainsi que des plans sociaux. Du fait de l’aggravation de la crise, ce sont des milliers d’emplois qui sont aujourd’hui menacés de disparition", martèle l’Alliance du Commerce, qui demande notamment au gouvernement de considérer les grands réseaux qui sont exclus des mesures de soutien, d’accorder des crédits d’impôt et de mettre à contribution les assurances pour couvrir les pertes d’exploitation.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com