×
Publicités

En pleine crise, le japonais Grand Seiko ouvre boutique place Vendôme

Publié le
15 juil. 2020
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Il y a 60 ans était créé au Japon, Grand Seiko, un des rares horlogers entièrement intégrés au monde, du développement des composants en passant par la conception, la fabrication et l’assemblage de montres. Réservée au marché japonais jusqu’en 2010, la marque poursuit depuis 10 ans son effort d’internationalisation avec l’ouverture récente de sa plus grande boutique au monde à Paris.


La boutique Grand Seiko, place Vendôme


Seul horloger nippon de la Place Vendôme (le joailler japonais Mikimoto tient également boutique à quelques mètres), Grand Seiko s’invite au numéro 7, à l’ouest de la place, au sein d’un espace de 190 mètres carrés sur deux étages, l’ensemble imaginé par l’architecte japonais, Kengo Kuma. 
 
Une boutique où "ressentir la sensibilité et la culture japonaise, dans laquelle la nature a une place si importante" dixit l’architecte. Des inspirations matérialisées par des cloisons couvertes de bambou, des parois constituées de papier "washi", des tatamis mixées à des matériaux plus contemporains comme la pierre de Vals ou le chêne pour le sol. 

Proposant l’ensemble de la collection Grand Seiko, avec une centaine de modèles exposés dont quelques modèles exclusifs liés au soixantième anniversaire de la marque et deux modèles exclusifs réservés à Paris, le flagship réserve son rez-de-chaussée aux pièces iconiques et exclusives, le premier étant dédié à un espace de vente avec vue sur la place. Deux autres marques sont également invitées, toutes deux dans le giron de la Seiko Watch Company, avec Credor "summum horloger japonais", et Wako.


L'architecture intérieure de la boutique Grand Seiko


Une ouverture exceptionnelle en plein temps de crise qui confirme les ambitions de la marque japonaise à l’internationalisation. Après la création d’une filiale aux États-Unis en 2017 séparant la distribution du marketing, l’entreprise a ouvert il y a quelques mois sa filiale Grand Seiko Europe.
 
"Un développement qui témoigne de nos ambitions sur le marché européen, explique Frédéric Bondoux, Président Grand Seiko Europe, et notre volonté d’être présent à Paris, mais aussi en Allemagne et en Italie avec, pour cette année, une distribution de nos montres via 80 à 100 points de vente qualitatifs s’accordant avec notre positionnement de marque et de prix (le panier moyen se trouve entre 4.000 et 8.000 euros avec des premiers modèles vendus à 2.000 euros, d’autres atteignant les 375.000 euros). Des boutiques sont également à l’étude et nous travaillons en ce moment au lancement d’une boutique on-line qui devrait être notre second pilier et levier de croissance."


La boutique Grand Seiko, rez-de-chaussée


Poursuivant ses plans de développement face à la crise du Covid-19, Frédéric Bondoux met en avant "la chance de la marque de pouvoir s’appuyer sur un très fort marché local – le marché japonais est son premier marché mondial avec une quinzaine de boutiques réparties dans le pays – et d’intéresser une clientèle plus jeune aussi. Nous ne dépendons d’aucun autre marché, ni même des Chinois, ajoute Frédéric Bondoux, et 80 % de nos clients ont moins de 35 ans, avec un niveau de vie important et une vraie connaissance de la marque, un cercle vertueux qui permet de voir plus loin encore."
 
Fondée en 1960 par Kintaro Hattori, la marque japonaise Grand Seiko aujourd’hui dirigée par son président directeur général et arrière-petit-fils, Shinji Hattori, entend faire sa place sur un marché parisien et européen fortement concurrencé tout en poursuivant ses investissements au Japon où elle développe nouveaux ateliers et studios.
 
 
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com