×
6 480
Fashion Jobs
Publicités

En redressement, Aventure des Toiles cherche un repreneur

Publié le
today 21 nov. 2019
Temps de lecture
access_time 2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Depuis son lancement en 2001, Aventure des Toiles file son concept de vestiaire aux imprimés picturaux signés par des artistes, malgré les embuches. Mais la marque féminine basée au Creusot en connait une nouvelle. Elle vient d'être placée en redressement judiciaire par le Tribunal de commerce de Chalon-sur-Saône au début du mois, ce cinq ans après avoir connu la liquidation.


Collection automne-hiver 19/20 - Aventure des Toiles


C'est donc un nouveau changement de main qui pourrait avoir lieu pour Aventure des Toiles, révèlent nos confrères du Journal du Textile. Initialement lancée par le groupe Avance Diffusion fondé par François Gadrey, la liquidation de celui-ci avait conduit la marque féminine à devenir autonome, reprise par plusieurs cadres en 2014, dont la soeur du fondateur. Une histoire de famille qui s'est poursuivie, puisqu'un nouveau changement de gouvernance a conduit l'épouse de François Gadrey, Viviane Gadrey, à prendre la présidence de la marque en 2017, tandis que ce dernier continuait à assurer la direction artistique.

En redressement, la marque se cherche donc un nouveau repreneur pour relancer son modèle. L'appel lancé par l'administrateur judiciaire attend ses candidats d'ici décembre, avec une première date butoir fixée au 29 novembre. Comptant toujours sur un réseau d'une dizaine de boutiques en France (Paris, Dijon, Metz, Lyon, Strasbourg, Pontarlier, Avignon, Clermont-Ferrand...), dont un magasin d'usine au siège du Creusot, ainsi que d'un site e-commerce. C'est semble-t-il le segment wholesale et les ventes en multimarques qui se sont affaissées jusqu'à mettre la société en difficultés. 

Le chiffre d'affaires qui se portait à près de 7 millions d'euros en 2015 aurait plongé à 5 millions sur l'exercice en cours. La structure compterait une trentaine de salariés au siège, qui comprend un atelier de tricotage repris par le passé à Clayeux, dans lequel une partie des modèles haut de gamme étaient encore conçus, en plus du recours à la sous-traitance en Afrique du Nord.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

Voir aussi