×
6 479
Fashion Jobs
Publicités

Entre Authentic Brands et Barneys New York, c'est une affaire conclue

Traduit par
Paul Kaplan
Publié le
today 4 nov. 2019
Temps de lecture
access_time 2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Placée sous la protection du chapitre 11 depuis trois mois, la chaîne de grands magasins américaine a été reprise par le groupe Authentic Brands, connu pour avoir racheté au printemps dernier Volcom au géant du luxe Kering. L'éventualité de cette acquisition avait été révélée mi-octobre ; elle a été officialisée vendredi dernier.


États-Unis : le groupe ABG s'offre Barneys New York - Instagram: @barneysny

 
Le montant de la transaction avait été évalué à 271 millions de dollars (environ 243 millions d'euros). Le tribunal, qui devait statuer sur ce rachat, a donné son feu vert jeudi dernier. Entre-temps, Barneys avait reçu une offre concurrente de Samuel Ben-Avraham, un homme d'affaires israélien. Une proposition qui n'a pas abouti.

Authentic Brands Group (ABG), dont le portefeuille de marques comprend également Juicy Couture et Nautica, ambitionne de relancer Barneys grâce à des boutiques éphémères, des corners et un site e-commerce. ABG va concéder sous licence le nom de Barneys à Saks Fifth Avenue, qui deviendra le partenaire exclusif de la marque pour la vente au détail et le e-commerce aux États-Unis et au Canada. D'ailleurs, c'est au cinquième étage du flagship new-yorkais de Saks Fifth Avenue, fraîchement rénové, que s'effectuera le redémarrage de Barneys, en commençant par un simple corner.

Selon plusieurs médias américains, ABG a en projet de fermer les points de vente de Barneys (l'enseigne est présente à New York, sur Madison Avenue et Downtown, San Francisco, Boston et Beverly Hills, et dispose par ailleurs de plusieurs d'outlets), excepté celui de Madison Avenue pour lequel le groupe a fait savoir son désir de le repenser via notamment des installations artistiques et des expositions culturelles.

Au mois d'août dernier, l'enseigne Barneys s'était placée sous la protection du chapitre 11 de la loi américaine sur les faillites ; la hausse du loyer de ce flagship ayant été la goutte d'eau qui avait fait déborder le vase pour la chaîne de grands magasins déjà confrontée à la concurrence des géants de la vente en ligne, comme Amazon.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com