×
Publicités
Par
AFP-Relaxnews
Publié le
16 févr. 2022
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Entre la seconde main et l'ultra fast fashion, le coeur des ados balance

Par
AFP-Relaxnews
Publié le
16 févr. 2022

S'ils se disent conscients de l'urgence climatique, les adolescents semblent malgré tout partagés entre une mode plus responsable, à travers la seconde main, et l'ultra fast fashion. Deux tendances aux antipodes qui prouvent que les engagements des générations les plus jeunes se heurtent toujours à deux notions bien ancrées dans la réalité, le prix et la volonté de s'afficher avec un dressing digne des plus grandes icônes de mode - ou presque.



Alors que les générations Z et alpha se disent fréquemment engagées en faveur de l'environnement, un paradoxe persiste : ils se tournent toujours vers la mode dite jetable, autrement dit la fast fashion. Une chose qui se lit également à travers leur alimentation, et qui en dit long sur la différence notable entre théorie et pratique. C'est ce que révèle le dernier baromètre Teenage Lab de Pixpay*, qui s'est intéressé aux habitudes de consommation des adolescents, ses clients à qui la société propose des cartes de paiement controlées par leurs parents. Les résultats de cette étude sont donc à prendre en compte, en considérant que le public concerné dispose d'un niveau de vie déjà conséquent.

Ainsi les répondants disposent d'un budget mensuel de 75 euros en moyenne, dont 30 euros d'argent de poche consacré à "s'offrir des petits plaisirs", et le reste dédié aux dépenses pratiques, les adolescents le dépensent avant tout pour manger, entre supermarché et boulangerie (29%) et fast-food (13%), puis pour s'habiller, à hauteur de 9%. La mode constitue donc le troisième poste de dépenses des générations les plus jeunes, avant la culture et les médias (6%).

Shein, marque préférée des ados



Plus en détail, si la nourriture constitue le principal poste de dépenses chez les filles comme chez les garçons, l'étude souligne quelques disparités entre les genres. Les garçons se tournent avant tout vers le gaming et le numérique, tandis que les adolescentes ne jurent que par la mode - ou presque. Les vêtements et les accessoires représentent une transaction sur dix chez les filles âgées de 10 à 12 ans, une sur sept entre 12 et 16 ans, et une sur huit après 16 ans.

Et si de précédents sondages ont montré que les ados se disaient engagés en faveur de l'environnement, le baromètre montre que le géant chinois Shein, considéré non pas comme de la fast fashion mais de l'ultra fast fashion, est la marque de mode privilégiée par les jeunes filles, et la deuxième au global derrière McDonalds, témoignant d'un engouement certain de cette classe d'âge pour la mode à bas prix. 

En sixième position, figure Vinted, le spécialiste de la seconde main, qui permet à cette génération de combiner éco-responsabilité - autant que faire se peut - et achat/vente malin, autrement dit renouveler sa garde-robe à moindre coût. Entre leurs engagements, et la réalité de la consommation des ados, il y a donc bel et bien un gap que l'appât du gain et du style ne semble pas près de combler.

* Ce baromètre a été réalisé d'après une enquête basée sur les données des plus de 100.000 utilisateurs Pixpay et de leurs 3,4 millions de transactions entre le 1er janvier et le 31 décembre 2021.

ETX Daily Up
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2022 AFP-Relaxnews.